Guinée : l’opposition enterre ses deux militants et appelle à de nouvelles manifestations (vidéo)

Facebook icon Twitter icon
Manifestations

CONAKRY- L’opposition guinéenne a inhumé ses deux militants tués les 20 et 21 septembre dernier en marge de sa manifestation et a appelé à de nouvelles mobilisations à Conakry. Ismael Bah (18 ans) et Ibrahima Sory Sow (20 ans) ont été enterrés cet après-midi au cimetière de Bambéto en présence des leaders de l’opposition républicaine.

Une foule compacte a accompagné les dépouilles des deux jeunes dans leur dernière demeure. Leur inhumation a été précédée par une longue marche funèbre qui a duré plusieurs heures et qui s’est déroulée sans incidents.

Selon le décompte macabre des opposants au moins 83 personnes ont été tuées dans circonstances similaires depuis l’arrivée au Pouvoir en Guinée d’Alpha Condé. Pour autant, elle promet de poursuivre sa lutte pour l’instauration de la démocratie dans le pays.

Etreints par l’émotion

 « Aujourd’hui encore, nous avons accompagné à leur dernière demeure, Ismael Bah et Ibrahima Sory Sow. Nous sommes étreints par l’émotion. Nous sommes révoltés et en colère contre un régime qui s’illustre tous les jours dans la violence, la barbarie et déni des droits de l’homme », a lancé le porte-parole de l’opposition après l’enterrement.

Il est interdit de tuer les citoyens

Aboubacar Sylla qui a parlé au nom de ses collègues signalé 83 personnes ont été tuées sous le magistère du Pr Alpha Condé des suites des manifestations pacifiques. « Sommes-nous dans une démocratie ? Est-il interdit de manifester ? Non ! Par contre il est interdit de tuer les citoyens, il est interdit d’utiliser les armes de guerre dans le maintien d’ordre », a ajouté l’opposant, invitant les militants de l’opposition à s’armer de courage.

Ce régime assassine l’avenir de ce pays…

« Nous n’allons pas nous décourager. Au contraire, ceux qui sont morts, nous interpelle. Nous devons être encore plus engagés, galvanisés nos ardeurs, pour que leur sacrifice ne soit pas vain (…) ce régime au lieu d’aider les jeunes à s’épanouir, il assassine l’avenir de ce pays. Mais cette fois-ci, nous allons exiger que justice soit rendu », a averti le leader de l’union des forces du changement.

Le porte-parole de l’opposition a lancé un appel pour une nouvelle mobilisation mercredi prochain. « Nous vous demandons d’être encore plus nombreux mercredi prochain pour manifester contre l’impunité, la violence d’Etat. Nous demandons de rentrer calmement à la maison, reprenez vos forces, accumulez vos énergies pour être dans la rue mercredi 04 octobre. Demain c’est une journée ville morte », a indiqué l’opposant.

Diallo Boubacar 1

Pour Africaguinee.com

Tel : (00224) 655 311 112

Créé le Mercredi 27 septembre 2017 à 17:52

Facebook icon
Twitter icon
Google icon

Nous vous proposons aussi