Bantama Sow tranche : « On peut modifier la Constitution… »

Politique
Sanoussi Bantama Sow, Ministre de la culture, des sports et du patrimoine historique
Sanoussi Bantama Sow, Ministre de la culture, des sports et du patrimoine historique

MAMOU- Bantama Sow, le Ministre guinéen des sports, de la culture et du patrimoine historique a frappé fort! Alors que l’opposition ne cesse de mettre en garde le Président Alpha Condé contre un éventuel troisième mandat, le Ministre Bantama Sow a rappelé qu’une modification de la Constitution est bien possible en Guinée.

“Nous avons été réélus en 2015. On a pris des engagements et on va les respecter. Récemment vous avez entendu parler de 20 milliards de Dollars. C'est cet argent encore qui panique les gens. Si nous réussissons à faire une autoroute de Conakry-Kindia,  les chemins de fer, il y 'aura de l'emploi dans le pays. Le RPG va exister 100 ans. C'est notre objectif. L'ANC aura bientôt 100 ans. Dans tout les pays du monde on peut modifier la constitution. Aucune constitution n'est bloquée. D'ailleurs en Guinée la constitution n'a pas été votée par le peuple. Angela Merkel vient d'être réélue encore. Quand les terroristes ont attaqué la France, le président Hollande avait changé la constitution", a averti ce proche du Président Alpha Condé.

Au cours d’un entretien avec un journaliste d’Africaguinee.com base à Mamou, Bantama Sow s'est prononcé sur la dernière manifestation de l'opposition républicaine . Le ministre a accusé l'opposition de vouloir saboter les projets de développement enclenchés par le Gouvernement.

" L'opposition fait son boulot. Ce qui est mauvais en Guinée, on s'oppose à tout. On s'oppose même aux intérêts de la Guinée. Et ce n'est pas Paul ou Pierre c'est Cellou. Il amène l'opposition dans le cadre ethnique. Il n'aide pas le Fouta. Cellou ne veut pas que les investisseurs viennent en Guinée. Parce que s'il n'y a pas de paix, aucun homme ne va mettre son argent. Cellou c'est l'ennemi numéro un des investisments en Guinée. Si je dis que l'UFDG terrorise les gens, c'est parce que quand il y'a manifestations, ils barricadent les routes, ils retirent les téléphones des filles, ils vendalisent des boutiques. La manifestation est un droit constitutionnel mais casser n'est pas un droit. On dit qu'on a rien et on détruit le peu qui est là", dénonce le ministre Sow.

Des accords politiques…

Quand aux Accords politiques, le ministre dit être contre ces accords et préfère que les lois soient au dessus des accords. “On ne peut pas commander un pays dans des accords en ignorant les lois. L'opposition défend toujours des choses quand elle pense que c'est en sa faveur”, accuse le minister des Sports.

 

Habib Samake

Correspondant régional

D'africaguinee.com à Mamou.

Tél.: (00224) 623 093 998

Créé le Lundi 25 septembre 2017 à 14:09