Enseignement supérieur : les grandes reformes du Ministre Yéro Baldé…

Facebook icon Twitter icon
Yéro Baldé, Ministre de l'Enseignement supérieur et de la recherche scientifique
Yéro Baldé, Ministre de l'Enseignement supérieur et de la recherche scientifique

CONAKRY- C’est un vaste chantier de reformes qui a été engagé par le Ministre guinéen chargé de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique. Pour corriger les tares au niveau de l’enseignement supérieur, le Ministre Yéro Baldé a misé sur la formation des formateurs ; Autrement dit, améliorer le niveau des Enseignants, notamment les professeurs assistants.

Au mois de juillet dernier, un arrêté conjoint a été signé par le Ministre Yéro Baldé et son homologue du budget qui prévoit une amélioration significative des primes des professeurs assistants. Dans les différentes institutions d’enseignement supérieur, le constat est souvent alarmant. Contrairement aux normes en vigueur, il n’est pas rare de trouver des professeurs assistants qui n’ont pas leur doctorat et qui exercent depuis plus de 2 ans. Or, il est prévu qu’un professeur assistant exerce pendant 2 ans seulement, période au cours de laquelle il doit impérativement décrocher son doctorat.

Ne pouvant améliorer la grille salariale des Professeurs dans les différentes universités, le Ministre Yéro Baldé et son équipe ont mis en place une stratégie visant à encourager les doctorants à embrasser le métier de l’enseignement. Les primes des professeurs assistants ont été significativement améliorées.

Outre cette mesure, le Département de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique s’est engagé à accompagner ceux qui veulent obtenir un doctorat.

Conscient de la faiblesse des ressources, Yéro Baldé a engagé son équipe dans un programme de lutte contre la saignée financière au niveau de l’Enseignement supérieur. Pour réussir ce pari, le Ministre Baldé a lancé un programme de recensement biométrique de l’ensemble des étudiants, aussi bien du public que du privé. Sur un total de 85.585 étudiants inscrits dans les institutions d’enseignement supérieur publiques et privées, seuls 38.647 ont répondu favorablement à l’opération de recensement dans la zone de Conakry. La différence est énorme ! 46.938 cas seraient fictifs. Ce recensement a également permis de déceler 745 PV non existants, 86 autres enregistrés sous un autre nom. 71 cas de faux diplômes et des cas de doublon ont également été recensés. Les prévisions d’économie du Département dirigé par Yéro Baldé oscillent entre 150 et 200 milliards par an.

 

Focus d’Africaguinee.com

Créé le Mercredi 13 septembre 2017 à 14:51

Facebook icon
Twitter icon
Google icon

Nous vous proposons aussi