Guinée : la justice prend une décision sur le cas Toumba Diakité…

Facebook icon Twitter icon
Justice
Toumba Diakité
Toumba Diakité

CONAKRY-La justice veut passer à la vitesse supérieure pour clore l’instruction du dossier du 28 septembre 2009. Après l’envoi d’une commission rogatoire en France pour interroger un « témoin clef », la justice vient d’engager des démarches auprès du barreau en vue de commettre un avocat d’office qui devra assister le Commandant Aboubacar Diakité dit Toumba lors des confrontations.

Cette action de la justice à cette étape de la procédure se justifie par le fait que les conseillers de l’ancien aide de camp de Dadis Camara maintiennent la suspension de leur assistance à leur client. Ils dénoncent toujours les conditions de détention de M. Diakité  qu’ils jugent « exécrables ».

Selon des informations dignes de foi reçues par Africaguinee.com auprès de sources proches du dossier, une lettre a été adressée au bâtonnier lui demandant de commettre un avocat d’office à l’inculpé le commandant Aboubacar Sidiki Diakité.

Une réponse favorable du bâtonnier pourrait inéluctablement ouvrir la voie au début des confrontations plusieurs fois annoncées mais avortées.

Interrogé ce jeudi 17 août 2017 dans l’après-midi un avocat de Toumba Diakité  a déclaré qu’ils maintiennent toujours la suspension de l’assistance à leur client. Ce proche du béret rouge n’exclut pas jeter l’éponge si les autorités judicaires s’obstinent à avance sur cette voie.

« On ne s’est jamais déporté, mais s’il faut le (Toumba, ndlr) laisser dans ces conditions et le soumettre à des confrontations avec toutes les parties civiles (…) je crois que finalement on sera obligé d’abandonner le dossier. Ils n’ont qu’à commettre qui ils voudront mais nous n’allons pas cautionner cette parodie de justice », a averti notre interlocuteur.

Le commandant Toumba Diakité a été inculpé par la Justice guinéenne pour son rôle présumé dans le massacre du 28 septembre 2009 au stade de Conakry où plus de 150 personnes ont été tuées, une centaine de femmes violées et des dizaines de portées disparu. Le ministre de la Justice a annoncé que l’instruction du dossier pourrait être clôturée avant la fin de cette année.

A suivre…

 

Diallo Boubacar 1

Pour Africaguinee.com

Tél. : (00224) 655 311 112

Créé le Jeudi 17 août 2017 à 19:33

Facebook icon
Twitter icon
Google icon

Nous vous proposons aussi