Guinée : plusieurs policiers poursuivis par la justice…

Facebook icon Twitter icon
Justice
image d'illustration
image d'illustration

CONAKRY-Plusieurs policiers guinéens sont poursuivis par la justice pour « trafic de faux documents ». L’affaire est pendante au Tribunal de Première de Kaloum, a appris Africaguinee.com de sources judiciaires.  

Le pot aux roses a été découvert à mille lieues de la Guinée. Puisque c’est depuis Abu-Dhabi où un libanais ayant usurpé sa nationalité a été interpelé en possession de documents guinéens falsifiés.

Saisi par les autorités de ce pays par cette histoire, le diplomate guinéen basé dans la capitale des Emiraties l’a remonté vers Conakry. De fil à aiguille, les enquêtes ont permis de remonter jusqu’au haut niveau de la police où plusieurs flics ayant aidé le libanais ont été interpelés puis inculpés par la justice.

« Tout récemment j’ai reçu un courrier de notre ambassadeur à Abu Dhabi où un ressortissant Libanais (faux guinée) a été interpelé dans ce pays avec un certificat de nationalité guinéenne, un passeport biométrique et un jugement supplétif. On nous a envoyé ces documents. On a constaté que c’était des actes faux. Le numéro du jugement supplétif correspondait à une dame guinéenne de chez nous, il n’y avait pas un nom d’origine libanaise. On a répondu à l’ambassadeur pour lui donner les suites judiciaires qui s’imposent », a révélé le ministre de la Justice Cheick Sako.

Selon le parquet du TPI de Kaloum, les enquêtes ont permis d’interpeller six policiers qui travaillent tous à a direction nationale de la police de l’air et des frontières. Ils sont tous placés sous contrôle judiciaire, en attendant leur jugement.

Depuis un certain temps, des faussaires de certificat de nationalité, même de passeports biométriques, de jugements supplétifs et d’autres documents administratifs agissent en toute impunité. Mais le substitut du procureur de Kaloum prévient que les gens qui s’adonnent à ce type d’activité de faux et usage de faux rencontreront la rigueur de la Loi.

« Notre pays était fragile, ça suscite des vocations de gens qui s’installent comme apôtre de fabrication de faux en matière d’état civil. C’est très grave. La Justice va réprimander concernant ce type d’infractions », a pour sa part promis le garde des Sceaux guinéens. 

 

Diallo Boubacar 1

Pour Africaguinee.com

Tél. : (00224) 655 311 112

Créé le Mardi 08 août 2017 à 10:14

Facebook icon
Twitter icon
Google icon

Nous vous proposons aussi

TAGS