Dossier 28 septembre, "convocation de Tibou" : les "grandes annonces" de la justice guinéenne…

Facebook icon Twitter icon
Dossier du 28 septembre 2009

CONAKRY-La justice guinéenne vient de faire de nouvelles annonces  sur l’évolution du dossier du 28 septembre 2009. Au cours d’une conférence de presse animé ce vendredi 4 août 2017 par le ministre de la Justice, entouré des plusieurs magistrats, Cheick Sako a de nouveau averti ceux qui sont sceptiques quant à la capacité de la justice guinéenne à relever le défi sur ce dossier.

 « Ce dossier suit son cours normal. Il est en train d’être traité et ira jusqu’à son bout. Si certains ont encore des doutes dans notre pays sur la capacité de la justice guinéenne de traiter ce dossier, nous allons le traiter jusqu’au bout. Après l’instruction, on entamera la préparation du procès », a indiqué le Ministre d’Etat.

Un procès en fin 2017 ?

Et d’ajouter plus loin qu’avant fin 2017 l’opinion sera informée. « Beaucoup de gens seront surpris, non seulement la presse mais aussi dans le pays profond », a indiqué le garde des sceaux du pays.

Répondant aux ONG qui appuient les victimes dans ce dossier, Cheik Sako a averti que la justice guinéenne n’a pas à se plier à leurs injonctions.

« On aime beaucoup les ONGs au niveau de la justice. Je connais la FIDH, mais ils ne peuvent nous imposer leur timing. Il faut que ce soit dit. C’est une partie des acteurs au procès. C’est normal qu’ils aient des demandes envers la Justice guinéenne. Mais ils ne peuvent pas nous imposer leur timing », a-t-il répondu réitérant qu’il donne rendrez en fin 2017.

Abondant dans le même sens, le Procureur de Dixinn a annoncé que des parties civiles ont de nouveau été entendues dans la procédure. « On a recueilli leur audition. Ce que je dis est constant parce que les actes sont dans la procédure », a annoncé le magistrat.   

Commission rogatoire envoyée en France…

Parlant de la commission rogatoire envoyée en France, le Procureur de la République près le Tribunal de première Instance de Dixinn a révélé que les autorités judiciaires françaises ont accepté de coopérer avec celle guinéenne.

« Les autorités judiciaires françaises ont reçu la commission rogatoire. Ils n’ont pas fait savoir leur opposition à la commission rogatoire. En Guinée, nous attendons la suite », a annoncé le Procureur Sidy Souleymane Ndiaye, ajoutant qu’il n’a pas e droit de dire le contenu de la commission rogatoire.

Convocation…

Interrogé par Africaguinee sur la « prétendue » convocation du Ministre d’Etat Tibou Kamara, le magistrat n’a pas voulu trop s’y aventurer. Il a cependant signalé que quand un citoyen qui est convoqué par une autorité judicaire, ce dernier doit se présenter à l’autorité judicaire à la date, à l’heure convenue.

« Dans la procédure d’information judicaire, le magistrat instructeur est souverain. Il peut provoquer des réquisitions, mais c’est lui qui décide de l’acte à accomplir. Si le pool a envoyé des convocations,  peut-être par coopération sur la chaine pénale, il peut prendre l’avis du Procureur de la République. Mais fondamentalement le pool n’a pas besoin du Procureur de la République pour convoquer un citoyen. Il y a cependant, a-t-il dit, une règle élémentaire de civisme, un citoyen qui est convoqué par autorité judicaire doit se présenter à l’autorité judicaire à la date, à l’heure convenue. Sur cette convocation je n’en dirai pas plus », a déclaré le magistrat.  

A suivre…

Diallo Boubacar 1

Pour Africaguinee.com

Tel : (00224) 655 311 112

Créé le Vendredi 04 août 2017 à 16:56

Facebook icon
Twitter icon
Google icon

Nous vous proposons aussi