Papa Koly Kourouma avertit: "le Gouvernement ne comprend que le langage de la rue..."

Facebook icon Twitter icon
Politique

CONAKRY-Les nouveaux engagements du Chef de l’Etat feront-ils fléchir l’opposition ? Alors que le Président Alpha Condé multiplie les actes de bonne foi envers ses opposants quant au respect des accords politiques du 12 octobre, ces derniers affichent toujours un scepticisme.

Cellou Dalein Diallo et ses pairs ne sont toujours pas rassurés. Ils maintiennent les manifestations jusqu’à la matérialisation de toutes les annonces en acte concrets, tandis que ce lundi le Président Alpha Condé a réaffirmé dans un communiqué de la Présidence, son engagement et sa volonté  de veiller à l’application intégrale de toutes les dispositions de l’accord.

« Du dilatoire », selon l’opposant Papa Koly Kourouma et ancien proche collaborateur du Chef de l’Etat. Pour le leader du parti GRUP le Gouvernement ne comprend que le langage de la rue.

« Ce communiqué c’est du dilatoire, je ne crois pas trop à sa sincérité, comme je doutais de la sincérité de Monsieur le Président quant au respect des conclusions du dialogue en octobre (…). J’estime qu’à la date d’aujourd’hui, nous devons maintenir nos manifestations. Le langage pour communiquer avec le gouvernement, c’est le langage de la rue puisque c’est ce langage qu’il comprend. Nous allons maintenir cette forme de langage avec le Gouvernement pour communiquer afin qu’on puisse s’entendre », a confié l’ancien ministre de l’Energie interrogé par Africaguinee.com.

Le Chef de l’Etat réitère son appel au dialogue et à la concertation pour résoudre tous les problèmes qui se posent à la nation. Pour Papa Koly Kourouma s’il y a de petites avancées dans la mise en œuvre de l’accord, c’est parce que l’opposition a fait usage de la rue. Il avertit que dans le contexte actuel, il n’est pas question de diminuer la pression.

« Ce qui a manqué à l’opposition c’est le langage de communication qu’il fallait utiliser pour se comprendre avec le gouvernement. C’est comme un ordinateur, si vous n’adoptez pas son langage, vous ne pouvez pas l’utiliser. Maintenant qu’on a compris que c’est ce qu’il faut, on va utiliser ce langage pour la communication pour nous permettre d’avancer. Comment voulez-vous qu’on change un langage que les gens comprennent et aller chercher un interprète ? On n’a plus besoin d’interprète, c’est fini (...) nous devons maintenir cette pression jusqu’à ce que les choses se traduisent dans la réalité. Parce que l’exprimer c’est une chose et la traduction matérielle sur le terrain c’en est une autre. Nous voulons voir la traduction matérielle avant de lâcher la prise », a prévenu l’ancien ministre d’Etat. 

L’opposant rappelle que le calendrier électoral est Constitutionnel et ne pas le respecter est un parjure.  « On ne peut pas cautionner un Gouvernement qui ne tire son salut que dans l’incohérence. Le calendrier électoral est constitutionnel. Ne pas le respecter c’est un parjure. Depuis combien d’années, on est là en train de le piétiner, on n’avance pas, on commence puis on arrête, on tient des promesses et on oublie aussitôt. On ne peut pas continuer dans ça », martèle le Président du parti GRUP.

Pour mettre éventuellement fin au cycle de manifestations, l’opposition exige : un calendrier électoral, un appel d’offre pour l’audit du fichier électoral et la tenue des élections communales avant la fin de l’année 2017.

A suivre…

Diallo Boubacar 1

Pour Africaguinee.com

Tel : (00224) 655 311 112

Créé le Mardi 01 août 2017 à 18:00

Facebook icon
Twitter icon
Google icon

Nous vous proposons aussi