.

Lutte contre le blanchiment d’argent en Guinée : un nouveau pas franchi…

Facebook icon Twitter icon
Corruption

CONAKRY-Le séminaire de formation   pour la  lutte contre le  blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme,  destiné aux assujettis des institutions bancaires et non bancaires a pris fin ce jeudi 19 juillet 2017, a constaté Africaguinee.com.

 Ce séminaire  placé sous la tutelle de l’Etat guinéen et de l’ONFPP a eu pour  thème la ‘’Lutte concertée et organisée contre le blanchiment des capitaux criminels et le financement du terrorisme’’.

Au terme de ces journées de travail, banquiers et assujettis des institutions bancaires  ont échangé sur biens de sujets au tour  de ce phénomène mondial.

Louceny Nabé, gouverneur de la Banque centrale de la république de Guinée, s’est dit convaincu qu’au sortir de ce séminaire  la lutte contre le blanchiment d’argent sale  au niveau des banques sera effective.

‘’Je suis convaincu que cette lutte sera organisée concertée et coordonnée en Guinée. Après avoir vu l’atmosphère qui régnait dans la salle, je suis  convaincu que les participants ont compris  et ont  été sensibilisés à cette question essentielle et que dès maintenant le dispositif va être mis en place là où  il n’est pas et va être perfectionné là où il a été  déjà mis en place’’ a souhaité le gouverneur de la Banque centrale de Guinée,

Au cours de son intervention, Louceny Nabé a rappelé le rôle  avant-gardiste que  la banque centrale  a joué dans la lutte contre ce fléau mondial.

‘’Je puis vous dire qu’avant cette séance de début de vulgarisation de la lutte anti blanchiment,  le gouvernement et la banque centrale de la République de Guinée ont pris des mesures très vigoureuses allant dans le sens de la préparation d’une loi par le gouvernement et l’adoption de cette loi par le parlement  qui traitent des questions de blanchiment d’argent sale et le financement du terrorisme’’ a indiqué le gouverneur de la BCRG.

Koly Mara, Inspecteur du Trésor et président de la Centif (Cellule Nationale de traitement des Informations Financières) a, à son tour rappelé que la lutte  contre le blanchiment n’est pas une concurrence entre les banques et ni une activité commerciale.

 ‘’Au terme de ce travail au niveau des recommandations nous avions dit que la lutte contre le blanchiment n’est pas une concurrence entre les banques et ni une activité commerciale. C’est pourquoi on a regroupé tous ces cadres des banques pour développer des thèmes et les présenter. Ensuite on a fait présenter aux banquiers la nouvelle déclaration de soupçon (…) ; à chaque fois qu’ils auront une déclaration à soumettre au Centif, quels sont les documents à présenter et que doivent-ils remplir’’ a relevé le président de la Centif.

Lucien Guilao, directeur général de l’ONFPP (Office National de Formation et de Perfectionnement Professionnel), a parlé du rôle réservé à sa direction au cours de cet atelier.

‘’C’est un vaste programme qui va toucher tous les assujettis à commencer par ceux qu’on appelle, ceux des banques (…), il y aura une  autre vague et l’ONFPP sera aux côtés de la Centif pour les accompagner dans la mise en œuvre de ce programme. Nous souhaitons que des compétences puissent s’élever  afin de construire ce dispositif de lutte anti-blanchiment  d’argent’’ a laissé entendre l’ancien ministre des Guinéens de l’Etranger.

BAH Boubacar LOUDAH

Pour Africaguinee.com

Tel : (+224) 655 31 11 13

 

Créé le Samedi 22 juillet 2017 à 16:46

Facebook icon
Twitter icon
Google icon

TAGS