Menaces de sanctions de Washington contre Conakry : le Gouvernement se justifie…

Facebook icon Twitter icon
Trafic d'Etres humains
Alpha Condé, Président de la République de Guinée
Alpha Condé, Président de la République de Guinée

CONAKRY- Suite à la publication le 27 juin dernier d’un rapport produit par le département d’Etat américain, le Gouvernement guinéen a invité le conseiller politique de l’ambassade américaine à Conakry à une rencontre la semaine dernière.

Par la voix du Ministre d’Etat chargé de la justice, le Gouvernement guinéen a donné des explications sur la lutte contre le trafic des Etres humains.

Dans ce rapport produit par le Département d’Etat américain, six pays africains sont classés sur la liste rouge. Il s’agit de la République Démocratique du Congo, du Mali, de la Guinée, des Comores, de la Centrafrique et le Burundi. Ces pays sont accusés de laisser prospérer le phénomène des enfants-soldats, le travail forcé, le trafic sexuel.

« Elle déforme les marchés mondiaux, porte atteinte à la règle de droit et stimule d'autres activités criminelles transnationales. Elle menace la sécurité publique et la sécurité nationale. Mais pire, le crime prive les êtres humains de leur liberté et de leur dignité. C'est pourquoi nous devons mettre un terme au fléau de la traite des êtres humains. Aujourd'hui, nous franchissons une autre étape clé vers cet objectif. Le Rapport 2017 sur la traite des personnes souligne les succès obtenus et les défis qui restent devant nous sur cette importante question mondiale », écrit le Rex Tillerson dans un message posté sur le site du département d’Etat américain.

En réponse à ce rapport, Cheick Sako, le Ministre guinéen chargé de la justice a rappelé la volonté du Gouvernement d’éradiquer ce fléau. Il a mis un accent sur les instructions qu’il a données au Parquet Général. Un tableau de bord explicatif de la situation de ce fléau a également présenté au conseiller politique de l’ambassade des Etats-Unis à Conakry.

A rappeler que Washington avait menacé de sanctionner tous les pays qui ne prendraient pas des mesures de lutte contre le trafic d’Etres humains. Ces sanctions concernent entre autres la suspension de la coopération dans les domaines cultures et éducatifs.

 

Ahmed Tounkara

Pour Africaguinee.com

Créé le Lundi 17 juillet 2017 à 10:28

Facebook icon
Twitter icon
Google icon

Nous vous proposons aussi

TAGS