Exclusif : Aboubacar Soumah "dégaine" sur l’UFDG et son rival…

Facebook icon Twitter icon
Politique

CONAKRY-Le député Aboubacar Soumah n’est pas tendre avec les deux formations politiques majoritaires à l’Assemblée Nationale ! L’élu uninominal de Dixinn accuse son ancien parti politique, l’union des forces démocratiques de Guinée (UFDG) d’accompagner le parti au pouvoir dans la violation des Lois de la République. Alors que les avantages des députés prévus dans le règlement intérieur fait débat, l’ancien maire de Dixinn soutient que le RPG et l’UFDG sont en train de partager les ressources du pays. Le parlementaire s’est confié en exclusivité à notre rédaction cet après-midi. Lisez…

Une grosse polémique entoure aujourd’hui le nouveau règlement intérieur de l’assemblée Nationale qui serait en phase d’être adopté. L’aspect lié aux indemnités et avantages des députés suscite l’indignation chez  certains observateurs. Qu’en dites-vous ?

L’HONORABLE ABOUBACAR SOUMAH : Je crois que les gens n’ont pas la bonne information. De quoi s’agit-il ? La commission ad-hoc a rédigé ce document sans l’avis de l’ensemble des députés. Ceux qui l’ont rédigé ne sont pas plus de 15 personnes. Même le Président de la Commission des Lois qui doit être saisi du dossier, jusque mercredi passé, il ne l’avait pas vu. Ce sont les éléments du bureau actuel de l’Assemblée qui refusent même l’application du règlement en vigueur, qui se sont créés des avantages dans celui qu’ils ont concocté. Et ça ne concerne pas l’ensemble des députés. Par exemple au niveau du chapitre concernant les frais de représentations du Président de l’Assemblée, ils disent que les indemnités de représentation du Président de l’Assemblée Nationale sont fixées par référence aux frais de représentation du Chef de l’Etat.

Par rapport aux membres du bureau de l’assemblée, ils disent aussi que leur indemnités de représentation sont fixées par référence aux frais de représentation des membres du Gouvernement. Ils bénéficient des mêmes avantages en nature que les ministres. Ils sont allés jusqu’à priver la plénière de ses prérogatives. Même la commission de contrôle de la comptabilité, malgré qu’ils n’ont pas voulu qu’il fonctionne pour que les députés analysent leur propre budget, ils ont enlevé ce droit à la plénière au profit du bureau de l’Assemblée.

Ce sont les deux groupes  (RPG arc-en-ciel et les Libéraux démocrates) qui sont en train toujours de prendre le pays en otage. Ils se partagent le butin et font tout. Comment voulez-vous que nous soyons à l’Assemblée, les députés ne connaissent même pas leur propre budget ? Les députés ne l’ont jamais examiné malgré que c’est prévue dans le règlement intérieur en vigueur. La soi-disante opposition qui dit vouloir diriger le pays demain accompagne les gens dans ça. Lorsqu’Ousmane Kaba a quitté le RPG arc-en-ciel, on l’a enlevé automatiquement de son poste pour poster quelqu’un d’autre en violation flagrante des dispositions du règlement intérieur. Lorsque Sila Bah a quitté l’UFDG on l’a enlevé sans aucun respect du règlement intérieur. C’est l’opposition actuelle du parlement qui accompagne le Pouvoir à violer les Lois et à l’aider même parfois lors qu’il y a un deal politique entre les deux groupes.

Ces gens-là ne font pas le travail pour le pays, ils le font plutôt pour leurs intérêts égoïstes et méchants. Ce ne sont pas pour l’ensemble des députés qu’ils ont créé ces avantages, c’est juste pour les membres du bureau. Mais cette fois-ci ça ne passera pas. S’il le faut on va se cogner avec les sièges de l’Assemblée Nationale, mais nous voterons contre ce présent règlement intérieur. Beaucoup de députés de tous les bords  sont contre ce règlement.

Un autre chapitre indique que tout député qui démissionne de son parti en cours de législature est automatiquement déchu de son mandat. Il perd par conséquent sa qualité de député et est remplacé suivant la même procédure que celle par laquelle il a été investi. Qu’est-ce que cela vous inspire ?

Ils ont pris cette disposition contre nous autres contrairement à la Constitution. Parce que quelqu’un qui adhère à un parti ou qui forme un parti avec un autre en fonction d’une ligne politique donnée, lorsque la ligne fondatrice est déviée par le leader, est-ce qu’on n’a pas le droit de quitter ? C’est un droit élémentaire ça ! Mais on dit que s’il quitte, il doit perdre son mandat. Or la Loi dit dès qu’on est élu, on devient député de la République et non député d’un parti. On doit défendre l’intérêt de la nation et non l’intérêt partisan. Si tu ne défends pas l’intérêt partisan parce qu’à l’intérieur des partis c’est la pensée unique, les paroles sont confisquées, on te combat jusqu’à dire que tu perds ta fonction de député. Tout ça c’est dire jusqu’où ces deux groupes ethnos-politiques sont prêts  à aller pour prendre le pays en otage. Ils le font au nom des communautés et des régions, mais en fait, lorsqu’ils seront au pouvoir ce sont ces communautés qui souffrent le mieux.

Il faut que nous mettions l’intérêt national en priorité et que nous barrions la route à des deux groupes de bandits ethnicistes. Parce qu’en fait, ils font tout au nom de l’ethnie et au nom des régions. Mais s’ils sont aux affaires, lorsque leur intérêt est en jeu, ils se protègent. Mais nous nous battrons. Même si c’est dur, mais nous nous battrons.

Il faut que tout le monde se mobilise malgré que nous n’ayons pas d’institutions qui peuvent dire « non ». Regardez l’arrêt de la Cour Constitutionnelle concernant le code électoral amandé. Le point sur lequel tout le monde s’était levé, la Cour a été muette là-dessus. Elle n’a pas même pas touché le point.  C’est dire combien de fois on a des difficultés dans le pays.

A suivre…

Entretien réalisé par Diallo Boubacar
Pour Africaguinee.com
Tel : (00224) 655 311 112

Créé le Mardi 27 juin 2017 à 18:09

Facebook icon
Twitter icon
Google icon

Nous vous proposons aussi

TAGS