Ces propos "incendiaires" de Bantama Sow : « nous brûlerons tous ici si l’opposition »

Politique

CONAKRY-Sanoussy Bantama Sow, actuel ministre conseiller chargé de mission à la Présidence de la République a fait un avertissement ce samedi 17 juin 2017 à propos des manifestions de rue projetées par l’opposition. L’ancien ministre des guinéens de l’Etranger qui s’exprimait lors d’un rassemblement politique du RPG arc-en-ciel, promet de contremanifester contre les hauts cadres de l’Etat qui ne jouent pas leur rôle quand il y a des manifestations.  

Décryptage…

« Nous au RPG nous sommes en face de notre destin. Celui de Gouverner la Guinée dans la tranquillité. Jeunes du parti, mobilisons-nous et à partir du dimanche, nous allons commencer à lancer les signaux forts pour la remobilisation de la jeunesse. Surtout que nos amis le disent partout, qu’après le mois de ramadan, ils vont organiser des manifestations. C’est leur droit. Mais j’ai entendu l’ancien ministre Teliano, dire qu’ils vont jeter des cailloux. Je lui dirais que c’est leur droit de manifester, mais ce n’est pas un devoir de jeter des cailloux, de brûler les pneus, ou de s’attaquer aux commerçants (…)

Le programme de l’opposition c’est de jeter des cailloux, brûler des pneus, verser de l’huile sur le goudron. C’est pourquoi je me pose la question est-ce que celui qui se dit leader de l’opposition a été une seule fois ministre des travaux publics ? Je ne suis pas sûr ! Parce qu’un kilomètre de goudron, c’est des millions de dollars. Les gens qui disent qu’ils vont aider la Guinée à briller, à sortir du sous-développement, ce sont les mêmes gens qui détruisent ce qui existe.

Je demanderai au Président de l’Assemblée Nationale, l’honorable Kory Kondiano de revoir les textes de loi dans ce pays. Celui qui brûle un pneu dans le goudron doit être sanctionné. Celui qui jette de l’huile sur le goudron n’est pas un ami de la Guinée plutôt un ennemi de la Guinée. C’est pourquoi le ministère de l’administration du territoire qui doit gérer les partis politiques, il doit gérer ces manifestations de commun accord avec le ministère de la sécurité.

C’est vrai que c’est un droit de manifester, mais à chaque fois qu’un parti politique veut manifester, il doit déposer une demande dûment signée à la mairie ou au gouvernorat accompagnée de cinq noms. En cas de casses, les cinq seront les responsables devant les autorités. Mais je pose la question ici, depuis 2011, est-ce qu’une seule fois, un signataire d’une manifestation qui a abouti à des casses a été poursuivi dans ce pays ? C’est trop ! Ils peuvent manifester, mais nous disons au ministère de l’administration du territoire que désormais, nous avons l’œil sur eux. Parce que c’est eux qui disent dans leurs accords, libérez les prisonniers arrêtés lors des manifestations.

Est-ce que ces prisonniers ont été arrêtés dans leur maison ? Non ! Ils ont été arrêtés dans la rue avec des pierres, des gourdins des fois avec des coupecoupes. La preuve : le journaliste Koula a été tué devant le portail du siège de l’UFDG. Jusqu’aujourd’hui, on ne connait pas la vérité. Nous voulons que chaque structure joue son rôle. Le Président Alpha Condé ne peut pas être au four et au moulin.

S’ils manifestent en pensant qu’ils vont brûler ce pays, nous brulerons tous ensemble ici, ils n’iront nulle part ailleurs. Mais ce qu’il faut reconnaître, le Président Alpha Condé est le Président des guinéens, il a gouvernement et chacun a une fonction. Les gens doivent jouer leur rôle. L’Etat est en train d’être détruit. Il faut le reconnaître, c’est la vérité. Au lieu de parler des accords, il faut empêcher les accords.

Quand on dit libérez les détenus, demandons-nous pourquoi, ils ont été arrêtés ? C’est dans la rue ou c’est chez eux ? Donc, quand vous prenez l’administration du territoire, tous ceux qui sont là, c’est dans anciens sous-préfets, des anciens secrétaires généraux des préfectures, c’est dans anciens préfets. Ils connaissent comment ça se passe. Aujourd’hui chacun se comporte comme si ce n’est pas son régime, comme si ce n’est pas son affaire. Je vous assure, je le dis ici et solennellement, si l’opposition manifeste, ils cassent, les gens ne sont pas arrêtés, jugés, emprisonnés, notre tour, nous allons manifester contre tous ces hauts cadres qui occupent ces postes et qui ne jouent pas leur rôle. Ça doit être clair !

On insulte le Pr Alpha Condé, il y a des gens qui sont chargés de s’autosaisir, est-ce qu’ils font leur boulot ? Nous les connaissons. Nous ne dirons pas leur nom. Mais s’ils savent qu’ils ne peuvent pas jouer leur rôle, honnêtement, ils n’ont qu’à quitter. Aujourd’hui, celui qui passe la nuit mal avec sa copine, à 6 heures du matin, il barre les routes, il jette des ordures, il brûle des pneus. Où allons-nous avec ça ? Où se trouve l’Etat ? »

A suivre…

Diallo Boubacar 1

Pour Africaguinee.com

Tel : (00224) 655 311 112

Créé le Samedi 17 juin 2017 à 15:39