Exclusif : une délégation de l’opposition chez le Ministre Bouréma Condé…

Facebook icon Twitter icon
Crise politique

CONAKRY- La détermination ne faiblit pas chez les opposants d’Alpha Condé qui menacent d’organiser une série de manifestations dès après le mois de ramadan. Au lendemain de l’annonce faite par Cellou Dalein Diallo et ses pairs de l’opposition républicaine, les lignes ont commencé à bouger. Selon nos informations, une rencontre est prévue ce mercredi 14 juin 2017 entre le Ministre de l’Administration du territoire et des délégués de l’opposition républicaine.

Cette rencontre entre le Général Bouréma Condé et les émissaires de l’opposition républicaine se tiendra à 10h (GMT). L’opposition sera représentée à cette rencontre par son porte-parole Aboubacar Sylla, le Secrétaire Général de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée Aliou Condé, et Cellou Baldé, qui est membre du comité de suivi de l’accord politique du 12 octobre 2016.

Même si aucune date n’a été annoncé pour le moment, l’opposition promet d’organiser de grandioses manifestations qui ne s’arrêteraient qu’après satisfaction de ses revendications.

A en croire une source généralement bien informée, les manifestations de l’opposition républicaine commenceront par des meetings tournants dans plusieurs quartiers de Conakry ; Ils seront suivis par une marche « pacifique » sur l’autoroute Fidel Castro de Conakry.

Alerter avant d’engager le bras de fer…

Pour cet autre bras de fer avec le pouvoir d’Alpha Condé, les opposants ont adopté une nouvelle stratégie. Ils veulent désormais alerter tous les acteurs concernés avant de commencer leur série de manifestations.

« Si on commence nos manifestations, je ne vois pas comment on pourrait les arrêter. Les dialogues ne servent qu’à arrêter les manifestations. Les accords ne servent qu’à rouler l’opposition dans la farine », a prévenu Aboubacar Sylla, le porte-parole de l’opposition républicaine interrogé par notre rédaction.

Dans sa démarche, les membres de l’opposition républicaine promettent de rencontrer plusieurs personnalités. Il s’agit notamment de l’Archevêque de Conakry, du grand-imam de Conakry, mais aussi certains acteurs de la société civile.

Manque de volonté politique…

L’opposition guinéenne dénonce un « manque de volonté » politique pour appliquer l’accord politique du 12 octobre 2016. Aboubacar Sylla, leader de l’Union des Forces du Changement, également membre de l’opposition républicaine, revient sur quelques points qui ne sont pas encore appliqués.

« Aucun point contenu dans l’accord politique n’a quasiment été appliqué. Le seul point qu’ils sont entrain de brandir c’est la libération des détenus. C’est vrai qu’à ce jour il n’y a aucun détenu politique, mais il faut rappeler que tous ces détenus avaient presque fini de purger leur peine. L’accès aux médias de services publics n’est qu’un rêve pour l’opposition. La Haute Cour de justice n’est toujours pas mise en place. Le code électoral est encore au stade de projet puisque n’ayant pas été promulgué, alors que le délai légal c’est 10 jours chez le Président de la République et un mois à la Cour Constitutionnelle ; Le fichier électoral n’a connu aucun travail d’audit », regrette Aboubacar Sylla.

 

Ahmed Tounkara

Pour Africaguinee.com

Créé le Mercredi 14 juin 2017 à 12:27

Facebook icon
Twitter icon
Google icon

Nous vous proposons aussi