Pollution : des cours d’eaux menacés de disparition à Nzérékoré…

Facebook icon Twitter icon
Environnement

NZREKORE-Le constat est très alarmant dans la commune urbaine de Nzérékoré, principale agglomération de la région forestière. Les cours d’eaux de la ville sont envahis par des ordures de tout genre.

Cette pollution autour des cours d'eaux de la ville a fait que certains baffons rizicoles ne sont plus cultivables. La toute dernière grande pluie qui s'est abattue sur la ville avait causé de nombreux cas d'inondation notamment dans les quartiers Kouteyapoulou, Tilepoulou, et le quartier commercial. La source de Zaly qui porte le nom de la ville de Nzérékoré tend à petit feu vers sa disparition. Une situation catastrophique qui interpelle les spécialistes de l’environnement.

Pr Nouhan KEITA professeur de toxicologie explique les méfaits de cette désastreuse pollution souvent causés par l’Homme. « Les déchets biodégradables peuvent produire de l’azote qui peut étouffer les cours d’eau remplit de végétaux. Cet état de fait contribue à la disparation des cours d’eau. Les déchets non biodégradables, les déchets plastiques également ont de grandes conséquences sur la circulation de l’eau. Parce que quand les déchets non biodégradables se retrouvent dans l’eau, ces déchets bloquent le passage de l’eau. C’est ce qui provoque les inondations puisque le lit du cours d’eau est remplit de déchets et comme ça l’eau va se créer toujours un chemin », explique Monsieur Nouhan KEITA professeur de toxicologie et chef de département intérimaire du Génie de l’Environnement à l’Université de Nzérékoré.

Santé

Au plan sanitaire, Monsieur KEITA confie  que les conséquences sont néfastes pour l’homme. Premièrement cela favorise la prolifération des insectes agents vecteurs des maladies.

" Il y a beaucoup d’effet liés à la santé de l’homme. D’abord quand le lit du fleuve est perturbé, il la formation des flaques d’eaux un peu partout, ce qui peut provoquer la prolifération des insectes vecteurs de maladies (paludismes, fièvres typhoïdes) mais il y a également la pollution d’eau. Avec la pêche illicite par les enfants au long de la Tilé ou de Zaly (cours d’eaux de la place), les enfants qui s’adonne à cette pratique vont pêcher des poissons déjà pollués », explique-t-il.

La source de Zaly qui porte le nom de la ville de Nzérékoré, tend vers sa disparition à cause du comportement néfaste de l’homme. « Zaly est en train de disparaitre au vu et au su de tout le monde. C'est dommage que Nzérékoré porte le nom de cette rivière et elle tend à disparaitre parce que tout simplement on ne prend pas soin d'elle », déplore ce spécialiste de l’environnement, conseillant les populations de Nzérékoré de veiller sur cette rivière.

Interrogé face à ce sujet brulant, le président de la délégation spéciale de Nzérékoré, déplore le comportement des citoyens qui déversent des ordures au niveau des cours d'eaux et annonce quelques mesures.

"Aujourd’hui nous avons de sérieux problèmes. Tilé (la rivière qui traverse la ville) est rempli d'ordure. Les gens de Tilepoulou sont là même maintenant, ils travaillent là ça fait déjà deux jours. Des personnes qui quittent le marché y déversent des ordures ou jettent des ordures dans les caniveaux qui sont ralliés à ces cours d'eaux. Le samedi dernier, au pont en face de la résidence de Monsieur le préfet, ce sont les sacs d'ordures qu'on a trouvé dont des sacs de cola même sous le pont, et des vieux matelas etc. Il a fallu le courage des jeunes de Kouteyapoulou pour pouvoir déboucher le coin. Et les autres ont emboités le  pas comme ceux du Centre Commercial, Tilepoulou et la Croix rouge. Puisque quand ces cours d'eaux sont pleins d'ordure, en cas de pluies seulement, il y a inondation dans les quartiers Kouteyapoulou et le quartier Commercial" confie Monsieur Pe Mamady GBAMY président de la délégation spéciale de Nzerekore.

Concernant la gestion des déchets plastiques, qui se retrouvent souvent déversés partout dans la nature, Monsieur Pe Mamady sensibilise les populations. " Les premières dispositions, c'est la sensibilisation pour que les gens acceptent que les déchets plastiques soient mis dans les poubelles ou alors les amasser et les mettre à la disposition des PME qui sont en train de travailler dans les quartiers. Nous avons deux PME qui fonctionnent. Et nous avons fait un zonage. Les quartiers sont divisés et confier à chaque PME. Nous avons dit plusieurs fois aux citoyens, au lieu de prendre les ordures et les jeter n'importe où, c'est de faire un abonnement pour que l'ONG vienne devant leurs portes et ramasser les ordures. Ça réduit la distance et c'est moyennant quelques petits montants pour leur permettre de gérer les ordures. Donc les citoyens et nous, devront travailler dans ce sens-là. Autre disposition à prendre, c'est que nous avons parlé avec les producteurs d'eaux. Parce que ce sont eux qui produisent ces plastiques. Tout le monde veut boire une eau propre mais dommage quand cette eau est bue. Les gens jettent les plastiques n’ importe où. Ce n'est pas bon. On doit se poser la question mais où je dois jeter ces plastiques? Je voudrais dire aux citoyens que si Nzérékoré est propre ou sale, c'est chacun de nous. Donc chacun de nous doit s'engager pour rendre Nzérékoré propre" dixit-il.

 

SAKOUVOGUI Paul Foromo

Correspondant régional d’africaguinée.com

A Nzérékoré

Tél : (00224) 628 80 17 43

Créé le Samedi 10 juin 2017 à 10:42

Facebook icon
Twitter icon
Google icon

Nous vous proposons aussi