Le message fort d’Alpha Condé à l’endroit des imams : « c’est dans les mosquées… »

Religion
Image d'archive
Image d'archive

CONAKRY-Le Président guinéen Alpha Condé a livré un message fort ce mercredi 31 mai 2017 à l’endroit des imams. Le Chef de l’Etat qui a présidé à la cérémonie d’ouverture d’un concours de lecture du saint coran, a prêché la tolérance, l’amour et la solidarité. Dans un langage direct, il a aussi dénoncé les comportements de certains imams, qui selon lui prêchent l’intolérance.

Explications…

« En ce mois saint de ramadan, je tiens à présenter au peuple de Guinée, les vœux de bon mois de carême, basé sur la tolérance, la solidarité et l’amour du prochain. Avant de voyager nous avons demandé au ministre du commerce de réunir l’ensemble des commerçants afin que chacun fasse un effort pour atténuer les conditions de vie des populations pendant ce mois de carême. Car pendant ce mois, chacun de nous doit faire un effort à l’égard des plus vulnérables. Je souhaite que les guinéens aient pitié des uns des autres.

Des discours clivants de certains imams…

Je suis heureux d’assister à cette session, mais je ne suis pas sûr, comme l’a dit le Secrétaire Général des Affaires Religieuses, que la religion musulmane se porte très bien en Guinée. Je crois que nous avons encore beaucoup d’efforts à faire. Car certains imams au lieu de prêcher la concorde, la solidarité et la tolérance ont souvent des discours qui n’assurent pas la cohésion nationale. Or en tant que guides spirituels, le rôle des imams est de faire en sorte que les guinéens se donnent la main, qu’ils se considèrent comme des frères, non dire que tel est peulh, tel est soussou, tel est Malinké, tel est forestier etc.

Du rôle des imams dans l’éducation

Nous devons nous parler franchement, nous avons encore beaucoup d’efforts à faire afin que la religion musulmane qui est celle qui majoritaire dans ce pays  soit le ciment qui solidarise et unifie le peuple de Guinée. J’espère que les imams joueront ce rôle car dans les mosquées se retrouvent la plus part de nos compatriotes. Ils doivent être les porte-paroles de la solidarité et de la tolérance.

De l’extrémisme religieux

Nous savons ce que nous coûte aujourd’hui l’absence de la tolérance quand nous voyons comment l’islam est instrumentalisé. Nous voyons ce qui se passe chez nos voisins comme le Mali, au Burkina, au Nigéria sans compter Boko Haram au Nigéria, au Tchad et au Cameroun. Que Dieu préserve la Guinée de cette intolérance. Que Dieu fasse que le peuple de Guinée vive continuellement en paix, qu’il nous éloigne des gens qui utilisent l’islam pour des fins qui n’ont rien à voir avec cette religion. Car l’Islam, c’est l’amour du prochain et non pas décapiter des gens et détruire des maisons. Nous devons faire en sorte que notre pays soit protégé de cela mais aussi apporter notre aide à nos frères qui victimes de ces intolérance.

La religion musulmane est un arbre avec plusieurs branches. Il n’est pas du rôle d’un Chef d’Etat de choisir les branches, mais de faire en sorte que toutes ces branches se tournent vers la main (…) nous apporterons aussi notre soutien aux autres religions particulièrement aux chrétiens pour qu’eux aussi contribue au renforcement de la solidarité et de la tolérance. Nous sommes un grand pays religieux mais nous avons encore beaucoup de tares. Que ce soit dans la lutte contre la drogue, de l’alcool ou de l’incivisme tout cela est contraire aux enseignements du coran. Il revient aux imams d’être de véritables guides spirituels qui sèment de bons grains et non pas qui participent à la division du pays, comme le font certains imams.

De l’excision et des mariages précoces…

Les imams doivent aussi contribuer à l’amélioration des conditions de vie de nos femmes. Il y a trop de mariages précoces. Il y des jeunes qui filles se marient avant l’âge de la puberté. Ça les empêche non seulement d’étudier mais aussi ça les déforme. La Guinée est très en retard dans ce domaine (...). L’excision aussi, nous sommes très en retard. Donc, monsieur le secrétaire général quand vous dites que la religion musulmane se porte bien en Guinée, je ne suis pas sûr que vous ayez raison. Ayons le courage de nous regarder en face, reconnaitre nos torts. C’est quand nous voyons nos tares que nous pouvons les corriger. Alors donnons-nous la main pour lutter contre ces tares qui gangrènent aujourd’hui la religion musulmane en Guinée ».  

Diallo Boubacar 1

Pour Africaguinee.com

Tel : (00224) 655 311 112

Créé le Mercredi 31 mai 2017 à 15:23