Cellou, manifestations, grèves, accords politiques : les précisions du ministre Damantang Camara…

Facebook icon Twitter icon
Politique

CONAKRY-Comment le gouvernement réagit-il face aux menaces de manifestations de l’opposition ? Que fait le Gouvernement pour mettre fin à la crise qui mine le secteur bancaire ? Le porte-parole du Gouvernement Damantang Albert Camara apporte quelques précisions. Le ministre l’enseignement technique de la formation professionnelle de l’emploi et du travail répond également au chef de file de l’opposition, Cellou Dalein Diallo. Lisez…

Le secteur bancaire du pays connait une paralysie depuis quelques jours à cause d’une grève déclenchée par la FESABAG. Qu’est-ce que le Gouvernement fait pour mettre fin à cette crise ?  

Nous espérons qu’elle est sur la voie de résolution. Le Premier Ministre s’est personnellement impliqué. Les parties semblent se rapprocher. C’est vrai qu’il y va de l’intérêt des travailleurs et des employeurs. Nous avons quand même affaire à un syndicat qui prend ses responsabilités qui négocie. Mais c’est d’abord une affaire privée. L’Etat ne va pas donner l’impression de pencher pour une partie ou pour une autre. Ce que nous faisons, c’est de rapprocher au maximum les points de vue et les intérêts pour qu’on sorte rapidement de cette crise.

Dans les universités privées également les cours sont suspendus depuis mardi dernier pour non-paiement des bourses des étudiants. Comment en est-on arrivé là ?

Je pense que le ministre de l’enseignement supérieur s’est largement exprimé là-dessus. Nous espérons que là aussi la raison va revenir et que ces universités privées qui ont des engagements avec l’Etat mais également vis-à-vis des populations, reviendront à de meilleurs sentiments.

Je ne vais rentrer dans les détails. Mais je crois que jusqu’à présent les échéances ont jusqu’à présent été respectées par l’Etat. Si ce n’est pas le cas, rien n’empêche de s’asseoir autour d’une table de négociation et ne pas pénaliser l’année scolaire.

Cellou Dalein Diallo qui est en tournée en Europe a déclaré que le Président Alpha Condé a été mal élu. Un commentaire ?

On perd du temps en voulant revenir sur l’élection présidentielle de 2015. Il y a eu observations, mais je n’ai vu nulle part que les élections n’avaient été ni transparentes, ni équitables. Je crois que c’est dommage qu’on revienne encore là-dessus. Ça fait perdre du temps surtout à l’opposition qui n’arrive pas à accepter sa défaite. En ce qui concerne  le Gouvernement et le Chef de l’Etat, on continue à travailler. Mais c’est vraiment une perte de temps que de parler encore des élections de 2015.

Le leader de l’UFDG dit également que le Président Alpha Condé ne respecte pas ses engagements notamment dans l’application des accords politiques…

Je crois que les accords politiques sont en train d’être appliqués. Il y a une commission qui regroupe et l’opposition, et le gouvernement qui travaille. S’il y a des difficultés, c’est possible. Mais dire que le Gouvernement ne respecte pas sa parole, je crois que c’est aller  une peu vite en besogne. Mais c’est un langage qu’on entend depuis 2010. Donc, c’est un peu fatiguant de revenir à chaque fois sur les mêmes problématiques.

Je crois qu’il y a un jeu politique que chacun devrait percevoir. Et puis il y a la réalité du terrain qui fait qu’on avance sur des thématiques parfois difficiles et pour nous et pour l’opposition et pour la CENI parfois. Il faut en avoir conscience mais ne pas à chaque fois chercher à tirer tout sur une partie.

Il y a des obligations que les autres ne remplissent pas qu’on ne dénonce pas à tout va, parce que ce n’est pas ça qui fera avancer la cause de ces élections que nous attendons tous. Nous espérons qu’elles se tiendront à temps.

L’opposition menace de reprendre les manifestations après le mois de Ramadan. Qu’en dites-vous ?

On a au moins un mois pour essayer de rapprocher les positions. En fonction de ce que l’opposition demande, nous verrons de la meilleure façon d’y répondre tout en respectant la loi mais également les engagements que nous avons pris. Donc, c’est peu prématuré de parler de manifestations. Pour ça, il faudrait qu’on ait prouvé qu’on est de mauvaise foi et qu’on ne veut pas répondre à ces exigences. Je crois que l’opposition est suffisamment responsable pour comprendre que dans certaines situations, il y a des décisions qui prennent du temps. C’est ce qui fait peut-être qu’elle a l’impression qu’on ne veut répondre à ses demandes. Mais ce n’est pas le cas.

Propos recueillis par Diallo Boubacar 1

Pour Africaguinee.com

Tel : (00224) 655 311 112

 

Créé le Samedi 27 mai 2017 à 16:43

Facebook icon
Twitter icon
Google icon