Conakry : l’opposition lâchée par les jeunes de l’axe ?

Facebook icon Twitter icon
Politique

CONAKRY-Les jeunes de l’axe Hamdallaye-Bambéto-Cosa-Kagbelen ont-ils lâché l’opposition ? Alors que Cellou Dalein Diallo et ses pairs annoncent la reprise des manifestations de rue après le mois de ramadan, un mouvement qui se réclame de l’axe Hamadallaye-Kagbélen vient de naître avec pour objectif de mettre fin aux violences sur cet endroit chaud de la capitale, considéré comme bastion de l’opposition.

« Aujourd’hui, l’axe est soumis à de rudes épreuves par des manifestations causant la psychose, et constituant des entraves à tous les secteurs de la vie à la base (...) les jeunes sont laissés pour compte… certains qualifient la route le prince l’axe du mal », dénonce Barry Mamadou.

Le secrétaire Général du Mouvement d’Emancipation pour la renaissance Nationale (MERENA), lance un appel à la jeunesse pour une prise de conscience et refuser à la manipulation politique.

Un instrument du pouvoir en place pour barrer l’opposition ?

« Non », jurent ses membres. « On n’a aucun lien avec le régime sur place. Personne d’entre nous n’a rencontré le Président. Nous regrettons d’ailleurs que tous les investissements sont dirigées vers les autres communes », tranche M. Barry.

Et de clarifier : « la mouvance et l’opposition ont leurs militants. Nous ne sommes pas là pour freiner l’action de qui que ce soit. On n’a pas les moyens d’empêcher ni d’aider l’opposition d’aller vers des manifestations ».

Baba Alimou Barry, membre du mouvement et ancien prisonnier proche de Bah Oury a indiqué que leur mouvement n’est lié à aucune structure politique.

« Nous dénonçons toutes les formes de manipulations venant des partis politiques. On n’est financé ni de près, ni de loin par qui ce soit. Nous voulons nous affirmer pour participer au développement de notre pays. Nous voulons faire une rupture avec les anciennes pratiques. Aujourd’hui, il y a une recomposition de la classe politique guinéenne, nous voulons prendre une place de choix », précise le coordonnateur du MERENA.

Mouvement de soutien à Bah Oury ?

 « Nous sommes indépendants », tranche-t-il, admettant que si à un moment donné, ils avaient des proximités avec certains leaders politiques comme  Cellou, Bah Oury, Sidya, mais aujourd’hui ce n’est plus le cas.

« Nous voulons prendre notre destin en main pour défendre l’intérêt de la jeunesse. On a été utilisé, manipulé par certains responsables politiques, nous voulons rompre avec ça parce que c’est la jeunesse qui est toujours perdante », indique l’ancien pensionnaire de la maison centrale.

Diallo Boubacar 1

Pour Africaguinee.com

Tel : (00224) 655 311 112

Créé le Vendredi 19 mai 2017 à 17:20

Facebook icon
Twitter icon
Google icon

Nous vous proposons aussi