Mamadou Thug se confie : « j’ai toujours rêvé… »

Facebook icon Twitter icon
Culture
Mamadou Thug
Mamadou Thug

LABE-La ville de Labé, sainte cité de Karamoko mo Labé était dans la ferveur de la deuxième édition du festival des arts et du rire(FAR).

Cette fois l’événement a été rehaussé de la présence de deux membres du gouvernement en l’occurrence le ministre de la culture Siaka Barry et ministre porte-parole du gouvernement Damantang Albert Camara. Du 26 au 30 avril, le festival  qui s’est tenu dans différents endroit de la ville a drainé du monde. Des artistes comédiens comme les ivoiriens Zongo et Tao, Céréales rieurs, Sissé Maninka, Mamadou Thug, Pothiol, Pap G de fac Alliance, Bagada Wonson et les artistes locaux se sont  produits pour offrir le rire, le bonheur, l’enseignement aux Labéka.

Le célèbre humoriste guinéen, Mamadou Thug promoteur de l’évènement « festival des arts et de la culture à Labé », s’est confié à notre reporter. Dans cet entretien, l’artiste comédien revient sur cet évènement culturel qui se tient chaque année à Labé, la capitale de la moyenne Guinée. Lisez…

Africaguinee.com : Bonjour Mamadou Thug ! Nous sommes à la deuxième édition du festival des arts et du rire à Labé. Quels sont tes impressions par rapport au déroulement de cet évènement culturel ?

MAMADOU THUG : Bonjour Africaguinée ça c’est moi ça ! Je peux vous dire que je suis l’homme le plus heureux à ce jour. Heureux parce que je vois un rêve se réaliser, j’ai toujours rêvé créer un festival et le voir aboutir, ça c’est la bénédiction de mes parents et mon entourage. Les comédiens avec lesquels j’ai commencé m’ont toujours soutenu.

C’est la première fois en Guinée qu’il ait un festival quelconque même de la musique où deux ministres de la République effectuent le déplacement pour la circonstance. Il faut le saluer, à l’ouverture nous avons eu le ministre de la culture Siaka Barry.qui a dit je cite : « Pendant deux ans Mamadou Thug a montré à l’Etat Guinéen qu’il sait se laver le ventre, donc c’est l’Etat qui doit laver son dos ». Je suis très heureux de cette phrase, ça m’a marqué ce n’est pas l’argent qu’on me donne. D’ailleurs personne ne m’a remis aucun rond, je le dis à qui veut l’entendre mais je reste heureux.

Et dans la journée du vendredi, c’est le ministre Damantang qui est venu à Labé prendre part au festival. J’étais parti à son bureau pour lui dire Monsieur le ministre je souhaiterai votre présence au festival des arts et du rire à Labé. Il m’a répondu Thug qu’il viendrait, et il est venu. Sa venue m’a réconforté à plus d’un titre, cet acte aussi m’a fait un plus. Il aussi dit tout simplement je cite : « je n’ai pas de mots mais je suis fière de toi Mamadou Thug » c’est suffisant pour moi.

Quelles sont tes perspectives ?

Notre ambition c’est de perpétuer ce festival des arts et de la culture à Labé. Demain je vais mourir je suis humain, mais j’aimerai que les fils de Labé prennent ce festival pour le perpétuer. Je serai très heureux même dans ma tombe parce que j’ai réussi l’initiative. Depuis trois ans j’amène au moins 30 artistes à Labé. Mais cette année on est plus de 70 artistes à venir à Labé.

Le groupe de danse  Pokémon est là avec 8 membres, Oury Diallo et son orchestre ils sont 10, Pap G de fac Alliance est venu avec 4 personnes sans parler de ces dizaines de comédiens et humoristes. Ils sont une trentaine les comédiens y compris Bagada Wonson, plus 15 organes de presse ça c’est un mérite.

Aujourd’hui si je voulais faire du business à Labé, j’ai une personnalité pour le faire, j’allais prendre juste un ou deux artistes on vient faire un show et repartir soit à l’amphi ou à Bendekouré.

Mais comme ce n’est pas du business. Ceux qui m’accompagnent doivent être logés, nourris et sécurisés et encadrés. Nous donnons tout ça, ce n’est pas pour un retour. Mais c’est la formation des jeunes qui compte. C’est pourquoi chaque année on amène des comédiens d’expérience. Dahico était là l’année dernière il a formé. Cette fois nous avons Zongo et Tawo avec ne bonne expérience. Nous-mêmes anciens comédiens de la Guinée avons beaucoup appris avec eux. C’est ce qui est important.

Mais il y a une chose que je dis souvent, les fils de Labé qui ont un plus excusez-moi la différence entre nous peut-être. J’ai vécu le festival de Fria et celui de Dabola. C’est les mêmes fils de Dabola qui ont investi pour loger les hôtes et les nourrir. Mais les fils de Labé n’acceptent de soutenir cette idée. Ce n’est pas bien, il faut qu’on se lève pour aider ces jeunes, aider ces artistes. C’est possible c’est Labé qu’on n’aide pas quelqu’un d’autres.

Pour finir, je dis merci aux ministres  Damantang et Siaka Barry, merci aussi au gouverneur de Labé, le préfet, l’inspectrice régionale de la culture. J’adresse un merci particulier aux organes de presse qui ont accepté de nous accompagner. Mamadou Thug ça c’est moi ça.

Propos recueillis par Alpha Ousmane Bah

Pour Africaguinee.com

Tel : (00224) 657 41 09 69

Créé le Vendredi 05 mai 2017 à 15:24

Facebook icon
Twitter icon
Google icon

Nous vous proposons aussi

TAGS