Guinée : El-hadj Sékhouna Soumah au cœur d’une polémique…

Facebook icon Twitter icon
Société
ELhadj Sékhouna Soumah
ELhadj Sékhouna Soumah

CONAKRY-Depuis sa « destitution » comme Kountigui de la basse côte, Elhadj Sékouna Soumah, est sur tous les fronts pour tenter de se refaire une légitimité. Après avoir rencontré des fidèles à lui à Tanéné vendredi passé, l’influent maire du RPG arc en ciel, de Tanéné s’est invité ce samedi au siège de la coordination mandingue où il a tenu un discours qui continue de suscité des vagues d’indignation.

Pour beaucoup, Elhadj Sékouna Soumah a franchi le Rubicon en s’aventurant  sur des sujets qui ne sont pas de son ressort : interdire les manifestations de rues dans la capitale. Un droit pourtant consacré par la Constitution en son article 10.

 « Personne ne mettra du feu dans les rues de Conakry. Ça c’est terminé. Que celui qui ne croit pas le fasse, il verra. Si tu veux exprimer ta colère, fais-le, mais sans mettre le feu dans la rue. Si tu veux sortir dans la rue pour insulter les dirigeants guinéens ou les gens de la Basse Guinée, va le faire dans ta région, pas en Basse Côte. Désormais, quiconque brûle un pneu dans la rue, on le mettra sur son cou. Que cela soit clair.  Les gens veulent dépasser les bornes et nous, on en a assez », a-t-il menacé, provoquant l’ire de certains internautes qui dénoncent un discours de haine et de discorde.

« Un Kountigui digne de ce nom est conscient de rôle social et sa fonction purement honorifique pour se lancer dans des diatribes digne d’un satan. Les fils éclairés de la Basse Guinée ne vont pas suivre les propos incitant à la haine, à la division venant d’un vieillard au crépuscule de sa vie dont la seule préoccupation est de semer la haine et la discorde entre des frères », s’insurge cet internaute.

Interpellé sur ce sujet par un journaliste de notre rédaction, l’opposition qui annonce des manifestations de rues dans les prochains jours à Conakry, dit ne pas être concernée par les menaces d’El hadja Sékhouna Soumah.

« On ne sent pas concerné par ces déclarations. Nous nous basons sur les garanties, les droits que nous donne notre constitution. A savoir les droits de manifestation, de cortège…des acquis que les guinéens ont conquis de haute lutte. Nous sommes une opposition républicaine, nous nous adossons à la loi pour exercer nos activités », a indiqué Aboubacar Sylla, interpellé ce mardi par Africaguinee.com.

Nous y reviendrons.

Diallo Boubacar 1

Pour Africaguinee.com

Tel : (00224) 655 311 112

Créé le Mardi 18 avril 2017 à 17:32

Facebook icon
Twitter icon
Google icon

TAGS