Cellou Dalein Diallo : « Alpha Condé m’a dit… » (exclusif !!!)

Facebook icon Twitter icon
Interview
Cellou Dalein Diallo, leader de l’UFDG
Cellou Dalein Diallo, leader de l’UFDG

CONAKRY- Quels ont été les principaux sujets abordés par Cellou Dalein Diallo et Alpha Condé lors de leur rencontre de ce vendredi 7 avril 2017 ? Le Chef de file de l’opposition guinéenne a t-il réussi à obtenir des concessions de la part du locataire du Palais Sékoutoureya ? Au lendemain de ce tête-à-tête, Cellou Dalein Diallo s’est confié à notre rédaction…

 

AFRICAGUINEE.COM : Cellou Dalein Diallo bonsoir ! Vous avez rencontré cet après-midi le Président Alpha Condé. Quels sont les sujets que vous avez abordés avec le Chef de l’Etat ?

CELLOU DALEIN DIALLO : Il m’a fait part d’un engagement pris par l’OIF (Organisation Internationale de la Francophonie) de mettre à la disposition de la Guinée des experts pour aider l’Assemblée Nationale à rédiger la nouvelle loi sur la CENI (commission électorale nationale indépendante). Il m’a montré la lettre de la Secrétaire Générale de l’OIF à cet effet.

Moi j’ai attiré son attention sur le retard pris dans l’application des dispositions de l’accord politique du 12 octobre 2016. J’ai égrené les décisions qui n’ont pas connu même un début d’application. Comme le lancement de l’appel d’offres pour le recrutement du cabinet chargé d’auditer le fichier électoral. J’ai dit qu’on n’avait aucune lisibilité sur la date de l’organisation des élections communales. Et que malgré tous les engagements pris jusque maintenant on ne sent pas une volonté des autorités et de la CENI d’aller de l’avant dans la mise en application de ces importantes dispositions.

Je lui ai également dit que les dispositions relatives à l’indemnisation des victimes, l’ouverture des enquêtes pour identifier les crimes commis lors des manifestations pacifiques de l’opposition, tout cela n’avance pas. Je lui ai dit que l’opposition souhaite que les élections locales soient tenues avant les grandes pluies. Ce qui est possible à notre avis s’il y a une volonté politique de sa part. S’il fait l’injonction à la CENI de prendre les dispositions pour que ces élections puissent enfin être organisées. Je l’ai rappelé que tous les pays limitrophes dont certains sont venus après lui au pouvoir ont organisé des élections locales et que ce n’est pas normal que la Guinée reste dans cette situation sans renouveler les élus locaux.

Quelle a été sa réponse face à toutes ces inquiétudes que vous avez soulevées ?

En réponse il a dit qu’il va appeler la CENI et lui demander de lui présenter un chronogramme d’organisation des élections.

Avez-vous senti une volonté ferme de sa part d’aller dans ce sens ?

Je dois avouer que non. Je n’ai pas senti une volonté ferme de sa part de diligenter l’organisation de ces élections. Il a dit qu’il va en parler avec la CENI. Mais il n’y avait pas la fermeté que je souhaitais de sa part.

Avez-vous été un peu déçu de sa réponse ?

J’attends de voir ce qu’il va faire. Il a promis qu’il va me rappeler pour me faire part de ce qu’il aura eu du côté de la CENI.

L’opposition sera-t-elle favorable à l’envoi de cette mission d’experts de l’OIF pour assister le Parlement à la rédaction de la nouvelle loi sur la CENI ?

Je lui ai demandé d’élargir à d’autres Institutions telles que l’union européenne, le NDI, qui nous accompagnent comme l’OIF dans l’organisation de ces élections. L’union européenne par exemple avait exprimé des réserves par rapport à la capacité de la CENI actuelle d’organiser des élections transparentes et équitables en Guinée. Il a dit qu’il va voir ça.

Monsieur Diallo merci.

Je vous en prie !

 

Entretien réalisé par Diallo Boubacar 1

Pour Africaguinee.com

Tél. : (00224) 655 311 112

Créé le Samedi 08 avril 2017 à 10:44

Facebook icon
Twitter icon
Google icon