Attentat de Londres: Masood, un loup solitaire passé par la prison

Terrorisme

Le portrait qui se dessine de Khalid Masood, l'auteur de l'attentat de Londres, est celui d'un loup solitaire passé par la prison, comme un certain nombre de djihadistes ayant frappé en Europe avant lui.

Son âge, 52 ans, interpelle aussi les analystes car selon Shashank Joshi, chercheur au RUSI, un centre de réflexion londonien spécialisé dans les questions de défense et de sécurité, «seule une minorité se radicalise après 30 ans».

Adrian Russell Ajao, alias Adrian Elms, alias Khalid Masood, est né dans le Kent (sud-est de l'Angleterre) le jour de Noël 1964. Il a épousé une musulmane en 2004, selon les médias britanniques, et s'est converti à l'islam.

Il aurait ensuite travaillé en Arabie saoudite où il aurait enseigné l'anglais, avant de rentrer au Royaume-Uni en 2009. Ces informations n'ont pas été confirmées officiellement. L'ambassade d'Arabie saoudite à Londres a déclaré vendredi que Khalid Masood n'était pas connu des services de sécurité saoudiens et qu'il n'avait pas de casier judiciaire dans le royaume.

Action isolée

L'homme qui a semé la terreur mercredi près du Parlement britannique a fait quatre morts et au moins cinquante blessés et a été abattu par la police. Il ne faisait a priori pas partie d'un réseau et a agi seul.

Le groupe djihadiste, Etat islamique (EI) a revendiqué l'attaque. Mais la formulation de son communiqué semble indiquer qu'il ne l'a pas préparée ou coordonnée. Khalid Masood a agi «en réponse à l'appel à frapper les pays de la coalition» internationale antijihadistes, a déclaré Amaq, agence de propagande du groupe EI.

«Je pense qu'il a été inspiré par Daech (acronyme arabe du groupe EI) davantage qu'il n'a été l'un de ses soldats», estime Sara Khan, directrice de l'organisation non gouvernementale de lutte pour l'égalité femmes-hommes et contre l'extrémisme Inspire. «Mais il est clair qu'il avait des idées extrémistes», a-t-elle ajouté.

"Pépinière"

En revanche, Khalid Masood «correspond au profil des sympathisants du groupe EI, qui passent d'une activité criminelle au terrorisme», souligne Lina Khatib, responsable du département Moyen-Orient et Afrique du Nord au centre de réflexion londonien Chatham House.

«Beaucoup d'assaillants semblent être connus de la police non pas pour avoir été suspectés d'activité terroriste, mais pour des activités criminelles», ajoute l'analyste. Scotland Yard a confirmé que Khalid Masood avait été condamné pour la première fois en 1983, puis à plusieurs reprises ensuite pour «agressions» et «possession d'armes» notamment, la dernière fois en décembre 2003.

Mais rien ne laissait penser qu'il était engagé dans des activités djihadistes , a ajouté la police londonienne, même si son nom est apparu dans une enquête liée à la violence extrémiste, à titre marginal, comme l'a indiqué la Première ministre Theresa May.

Son parcours en cellule a pu faciliter sa radicalisation: selon un rapport du Centre international d'étude de la radicalisation et de la violence politique (ICSR, Londres), les prisons européennes sont devenues une «pépinière» pour les réseaux djihadistes .

«Nous observons des radicalisations de plus en plus rapides en prison. Avoir été incarcéré pour des crimes violents facilite le passage à l'extrémisme violent», souligne le directeur du ICSR et co-auteur du rapport, Peter Neumann.

Une voiture et un couteau

Même si les programmes de prévention en prison se sont développés ces dernières années, «il reste très difficile de repérer qui peut se transformer en terroriste», juge James de Waal, un ancien diplomate qui travaille avec Chatham House.

Qu'un homme de plus de 50 ans puisse se transformer en djihadiste, a toutefois étonné au Royaume-Uni.

«Il avait 52 ans, le double de la moyenne», relève Jason Burke, auteur de plusieurs ouvrages sur les réseaux islamistes, soulignant que l'âge moyen des auteurs d'attentats a au contraire «reculé ces dernières années».

«Cela surprend qu'un homme de cet âge veuille commettre de telles atrocités», déclare Sara Khan. «Mais ce que nous savons, c'est qu'il n'y a pas de profil type, ce qui complique d'autant la tâche des forces de sécurité».

Tout comme les moyens dérisoires employés par Khalid Masood: une voiture pour foncer sur les passants sur le pont de Westminster, un couteau de cuisine pour tuer le policier posté devant le Parlement.

AFP

Créé le Samedi 25 mars 2017 à 7:46

TAGS