Violences à Guéckedou: le préfet accuse l’opposant Jean Marc Téliano…

Facebook icon Twitter icon
Violences à Guéckedou
Jean Marc Teliano
Jean Marc Teliano

CONAKRY- L’opposant Jean Marc Teliano est accusé d’être l’instigateur des évènements violents qu’a connus la ville de Guéckedou ce Mardi 14 mars 2017.

Joint au téléphone depuis Conakry, le préfet accuse le parti RDIG (rassemblement pour le développement intégré de Guinée) d'être à la base de ces manifestations qui ont conduit à la mort d’au moins une personnes et fait de nombreux bléssés.

Selon le préfet Mohamed Keita, le leader du RDIG aurait menacé de manifester au cas où le verdict tomberait en défaveur de l'ex maire de Koundou.

“C'est un détournement de derniers publics qu'on a constaté et on a déféré le dossier à la justice pour investigation et elle a pris sa décision. Depuis 2 ans, c'est aujourd'hui  que le verdict est tombé condamnant les gens en question. Et comme c'est un responsable du RDIG,  Jean Marc TELIANO, a dit depuis la semaine dernière que si Désiré est condamné, la jeunesse ne va pas accepter, elle va s'étendre dans la rue. Donc c'est lui qui a mobilisé la jeunesse pour protester contre ce verdict. C'est ainsi que les jeunes sont sortis dans la rue”, accuse Mohamed KEITA préfet de Gueckedou en séjour à Conakry.

A la question de savoir si cette affaire n'est pas politisé, Mr. le préfet répond :  “Ceux qui ont politisé c'est la partie de l'accusé. Si non,  moi en tant que préfet, comment je peux politiser une affaire de justice? Quand un maire détourne, il n'y a pas de politique dans ça. Même s’il est de n'importe quel parti, j'ai le droit de l'inspecter et de le sanctionner. Ça c'est mon droit le plus absolu. Un maire relève du préfet donc je n'ai rien à politiser face à une situation comme ça. Je suis le père de tous les partis politiques dans cette prefecture”, a poursuivi M. le préfet.

Il faut signaler qu'ils sont au nombre de trois personnes à avoir été condamnées. Il s’agit de l’ex maire de Koundou, le secrétaire général et le receveur, tous  condamnés à 3 ans de prison, le payement d'une amende de 5 millions chacun et le remboursement d'une somme de 123 millions de franc guinéen.

 

SAKOUVOGUI Paul Foromo

Correspond régional d'afrcaguinée.com

A Nzérékoré

Tél: (00224) 628 80 17 43

Créé le Mercredi 15 mars 2017 à 9:49

Facebook icon
Twitter icon
Google icon

Nous vous proposons aussi

TAGS