Le père de Toumba Diakité parle : « Ce que je veux… » (Exclusif)

Facebook icon Twitter icon
Justice

CONAKRY- La famille du Commandant Toumba Diakité appris avec un effet de surprise l’arrivée de leur fils à Conakry, ce dimanche 12 mars 2017.

Son papa très âgé dit en savoir peu sur l’extradition de son fils. Très prudent, il confie cependant avoir appris la nouvelle ce matin par voie de presse. Affichant une timidité teintée de prudence, le père de l’ancien aide de camp de Dadis Camara formule tout de même un vœu.

 « On a rien à dire autour de ça. On a appris la nouvelle ce matin à la radio. Personne ne nous a informés qu’il arrivait. On ignore tout, on est à l’écoute (…) on n’a pas d’appel particulier à lancer. Mais je veux que sa sécurité, sa santé soient assurées », formule le papa du commandant Toumba Diakité.

Ces inquiétudes soulevées par les proches de l’ancien aide de camp de Moussa Dadis Camara, extradé ce dimanche 12 mars à Conakry, interviennent alors que le Gouvernement guinéen a assuré que la sécurité de M. Diakité soupçonné d’avoir joué un rôle dans le massacre du 28 septembre 2009, sera assurée jusqu’à la tenue du procès. 

L’extradition en Guinée de « Toumba », qui était en fuite depuis 7 ans, constitue un signal puissant en faveur de la lutte contre l’impunité en Afrique de l’Ouest, a réagi la Fédération Internationale des Droits de l’Homme, partie civile dans l’affaire 28 septembre 2009.  Elle témoigne en outre de la détermination du Gouvernement guinéen à tenir le procès du 28 septembre, comme il s’y est engagé, ajoute la même organisation.

L’avocat de Toumba Diakité parle quant à lui d’expulsion et tient responsable l’Etat sénégalais de tout ce qui adviendra à son client. « C’est une expulsion et non pas une extradition. Nous tenons responsable l’Etat du Sénégal de tout ce qui lui adviendra en Guinée.  Nous allons tirer les conséquences du droit de cet abus d’autorité. Ensuite verrons la suite que nous allons donner à cette forfaiture. Parce que nous avions fait un recours contre le décret d’extradition. Et l’article 73 de la loi sur la cour suprême est formel. Le recours en matière d’extradition est suspensif », martèle maître Baba Diop.

A suivre…

 

Diallo Boubacar 1

Pour Africaguinee.com

Tél. : (00224) 655 311 112

 

Créé le Lundi 13 mars 2017 à 17:40

Facebook icon
Twitter icon
Google icon