Attaque contre le domicile d’Alpha Condé : des révélations qui accablent Bah Oury…

Facebook icon Twitter icon
Affaire 19 juillet
Bah Oury
Bah Oury

CONAKRY-Le vice-président de l’UFDG était-il impliqué dans l’attaque contre le domicile privé du président Alpha Condé en 2011 ? C’est ce qu’insinue un haut placé du parti qui à l’époque travaillait de concert avec Bah Oury dans la communication de l’UFDG. Plus de cinq ans après cette attaque qui a poussé l’ancien ministre de la réconciliation à l’exil suivi de sa condamnation par contumace, Thierno Souleymane Diallo revient sur cette sombre affaire. Celui qu’on surnommait Obama fait des révélations plutôt tonitruantes. Exclusif !!!

Africaguinee.com : M. Thierno Souleymane Diallo bonjour ! Quelles révélations voulez-vous faire dans le rôle que Bah Oury aurait joué dans l’attaque du domicile du président Alpha Condé en 2011 ?

Je rappelle que j’ai connu Monsieur Bah Oury en 2006 à l’occasion des rencontres des forces vives, c’était au siège de Lonceny Fall à Taouyah, il (Bah Oury NDLR) s’occupait des affaires politiques, Aboubacar (UFC)  actuel porte-parole de l’opposition s’occupait de la communication. J’évoluais avec Aboubacar Sylla à la communication. Là déjà Bah Oury ne se comprenait pas avec Aboubacar Sylla. A chaque fois que ce dernier terminait les résumés des rencontres des forces vives, Bah Oury trouvait toujours son mot a dire, c’est à cause de ces querelles que j’ai commencé à le connaitre.

En juillet 2008, j’ai intégré l’UFDG, je suis allé à la communication dont Bah Oury était le patron. Je travaillais directement avec lui, parce que c’était le directeur de la communication et des affaires extérieures, je lui rendais quotidiennement compte des activités du parti en terme de communication en relation avec les medias. Mon principal rôle c’était les relations avec les medias, c’était lui le patron.

Là aussi, ce que j’ai remarqué Bah Oury a créé un clan autour de lui au niveau de son bureau au quartier général de l’UFDG. Il était toujours en contradiction avec les membres du bureau de l’UFDG. Il avait toujours une langue amère avec le président de l’UFDG et tout le monde l’avait remarqué. Il était toujours à part, arrogant et violent.

En 2011 pour revenir à votre question, après l’élection d’Alpha Condé en 2010  tout le monde sait comment ça s’est passé, quand les forces de l’ordre ont commencé à tirer sur les manifestants notamment les militants de l’UFDG causant des morts avec des dégâts.

Le président Cellou Dalein s’est réuni avec le bureau politique, il a reconnu malgré lui le résultat des élections pour éviter un bain de sang au peuple. Et là Bah Oury n’a pas digéré la décision de Cellou de reconnaitre la défaite. A partir de là Bah Oury s’est démarqué totalement, il ne venait plus au bureau préférant rester chez lui. Moi, j’ai continué à lui faire le compte-rendu sur les relations avec les medias. Au lieu de de lui faire le compte-rendu au bureau je passais chez lui.

Il arrivait de moment où j’aillais à 7heures du matin chez lui, on déjeunait ensemble, il était entouré de Lamine Mamounais qui vit maintenant en Allemagne, Monsieur Aliou Diallo son soi-disant chargé de communication, un certain Balaya et moi-même. Je lui faisais le compte-rendu mais apparemment il ne prenait plus au sérieux comme il le faisait avant, il ne donnait pas assez de temps à m’écouter.

Parfois aussi j’allais le soir, j’ai oublié Baba Alimou qui était aussi toujours là avec un petit groupe de sa garde rapprochée. Ce que je remarquai les soirs quand je venais à son domicile, je voyais souvent des hommes en uniforme rentraient chez lui parfois des gens en civils que je n’ai jamais vu à l’UFDG.

Ils tenaient des réunions dans son salon après ils ressortaient, Bah Oury les accompagnait jusqu’à la porte. Certaines fois  il m’accordait un peu de temps pour le compte-rendu, parfois il me disait de revenir le lendemain. A chaque fois que je lui rendais compte le matin à table, ils discutaient souvent avec Lamine Mamou, Saliou et autres. Il s’attaquaient à Cellou avec l’argument que c’est un peureux, il ne devrait pas accepter les résultats, Alpha Condé c’est un bandit. Moi je ne considérais pas. Je profite pour faire brièvement mon compte-rendu et je repartais. Saliou son soi-disant chargé de communication me disait souvent qu’ils organisent des réunions à Cosa, il me disait de venir avec eux mais je lui disais souvent que je n’étais pas dedans. J’avais dis  que je n’assiste pas à des réunions en dehors du parti à partir du moment que c’est Cellou a reconnu les résultats, donc je ne ferai rien d’autres, je continue à faire mon boulot, qui est celui de la communication en relation avec les medias. Comme je vous l’ai dis, je voyais des gens venir chez Bah Oury en tenue militaire mais je ne savais c’était quoi.

A la veille de l’attaque du domicile du président Alpha Condé, qu’est-ce qui s’est passé entre vous ?

Justement la veille de l’attaque, quelques deux jours avant l’attaque, j’étais  au niveau de sa terrasse avec Baba Alimou avec deux autres jeunes. Il (Bah Oury NDLR) nous a trouvé là. Il nous a dit en bon pular «  diôdhè dho, bhe taway  èn ê ndè bhe nangay on fopp » (restez là ils viendront vous arrêter tous pour vous mettre en prison, traduction littérale). Bon j’ai rien compris.

Le lendemain vers 5 heures du matin j’écoutais RFI, le journal de RFI matin chez moi à petit Simbaya, c’est là que j’ai entendu le domicile du président a été attaqué pendant la nuit, du coup je prends mon téléphone j’appelle Bah Oury, il dormait, quand il a pris le téléphone j’ai senti qu’il dormait, il a dit excuse-moi je dormais. Je lui Monsieur le ministre bonjour, je viens d’apprendre par RFI à l’instant même que le domicile de président a été attaqué la nuit, il m’a dit ‘’quoi’’. Je reprends ce que j’ai dit. Sur le coup il a coupé le téléphone.

Par après j’ai tenté de le rappeler mais le téléphone toujours fermé, dans la matinée il était toujours injoignable. C’est  par après que j’ai appris sur les ondes que Bah Oury était impliqué, j’ai appris également que les forces de l’ordre ont investis son domicile et que lui était cachette. Depuis cette période jusqu’à maintenant je n’ai plus eu des nouvelles de Bah Oury , je n’ai plus parlé avec lui .

A vous entendre Monsieur Diallo, on a l’impression que Bah Oury savait pertinemment que cette attaque allait avoir lieu ?

S’il ne savait pas au moment où je lui avais dis au téléphone que le domicile du président a été attaqué, parce que là je me suis souvenu des réunions qui se sont passées chez lui et par rapport à ce qu’il nous avait dit en pular. Et quand je lui ai donné l’information au téléphone, il a coupé. J’ai dis dans mon analyse celui qui se sent morveux se mouche. Pourquoi a-t-il coupé le téléphone ? S’il ne se reprochait de rien, c’est juste vous dire que Monsieur Bah Oury n’est pas blanc comme neige.

Monsieur Diallo merci

Merci beaucoup Monsieur Souaré

Entretien réalisé par Souaré Mamadou Hassimiou

Pour Africaguinee.com

Tel : (00224) 655 311 111

Créé le Mercredi 08 mars 2017 à 10:05

Facebook icon
Twitter icon
Google icon

Nous vous proposons aussi

TAGS