Violée, une dame de 65 ans raconte : "mon pagne ensanglanté..."

Facebook icon Twitter icon
Mamou
CONAKRY- Les audiences criminelles ont débuté en milieu de la  semaine dernière au tribunal de première instance de Mamou. 
 
L’affaire criminelle portant sur le cas de viol suivi de vol remonte en mars 2016. C’est une dame âgée d’une soixantaine d’année qui en a été victime. Son “bourreau” l’a violé et a retiré un téléphone puis une somme d'un million quatre cent mille francs guinéens à Kankalabe dans la préfecture de Dalaba. Bademba Keita est accusé d'avoir violé et volé Madame Noumou Diallo une dame de 65 ans. Selon la victime, elle avait été aussi vachement tabassée par son agresseur.
 
Pagne ensanglanté…
 
“Mon garçon qui se trouve à Conakry m'a envoyé de l'argent. Je devais partir récupérer la somme dans un autre village à côté de chez nous. Sur le chemin du retour, après avoir récupéré l’argent, un homme est sorti brusquement devant moi. Il m'a donné deux coups violents, je suis tombée et il m’a poussé  dans la brousse et m’a violé avant de fuir avec mon téléphone et une somme d'un million quatre cent mille francs guinéens. Un jeune qui était de passage a alerté les citoyens du village pour qu'on puisse m’amener à l'hôpital. J'ai été jusqu'à Conakry. Mon pagne est là. Jusqu'à là où je vous parle il contient mon sang. Je n'ai pas accepté d'enlever”, a témoigné la victime devant une assistance, pantoise. 
 
L’accusé a rejeté en bloc les charges portées sur lui. Selon lui, rien et personne ne peut le comparer à un violeur à plus forte raison l'accuser de viol. Bademba Keita dit être chauffeur, rien que ça. 
 
 “Je ne sais pas de quoi vous parler. Ce jour, j'étais en train d'aider à ma maman à labourer dans son champs. Quand j'ai fini, on était au café. Dans la soirée, j'ai été quelque part chez une copine. Mon frère m’a appelé à maintes reprises sans que je ne m’en rende compte. Quand j’ai vu les appels en absence plus tard, j'ai rappeler mon frère qui m'a dit de venir à la maison et qu'une convocation a été déposée en famille. J'ai pris mon frère on est parti se presenter à la police de Dalaba. Après ils m'ont déféré à la maison centrale de Mamou. Je ne connais  rien dans cette affaire. On m'a torturé à la gendarmerie de Dalaba pour que je dise que c'est moi”, s’est défendu Bademba Keita. 
 
 
Affaire à suivre…
 
Habib Samake 
Correspondant regional Africaguinee.com
A Mamou
Tel: (00224) 623 093 998
 
Créé le Dimanche 05 mars 2017 à 13:05

Facebook icon
Twitter icon
Google icon

Nous vous proposons aussi

TAGS