Descente musclée de gendarmes à Sambou(Mali) : plusieurs citoyens interpellés…

Facebook icon Twitter icon
Société
Image d'archive
Image d'archive

MALI- Plusieurs citoyens ont été interpelés nuitamment par des gendarmes dans la localité de Sambou située à 100 kilomètres de la préfecture Mali au nord-est du pays, appris africaguinee.com

Les faits se sont produits il y a une semaine. Il s'agit d'un père de famille et ses deux enfants auxquels on reproche d’exploitation abusive et sauvage de la forêt. Ils sont détenus depuis une semaine à la gendarmerie départementale de Mali centre. Les victimes nient les faits et parlent d'attaques suivies d'arrestations arbitraires. 

Leurs proches parlent même de « terreur » semée par les gendarmes. Puisque selon eux, quand les gendarmes sont arrivés à 1heure du matin, ils ont tiré des coups de feu semant la panique dans tout le village, avant de défoncer les portes de la concession familiale puis arrêter les gens, en plein sommeil. Certains auraient été embarqués sans vêtements. 

Africaguinee.com à travers son correspondant régional basé à Labé a pu joindre l’un des détenus depuis sa cellule. Mamadou Dian Cissé, âgé de 36 ans explique les circonstances de leur arrestation.

« Nous sommes toujours détenus à la gendarmerie de Mali centre, nous sommes au nombre de trois, les deux autres sont assis dans la cour moi je suis dans la cellule. C’est le mardi passé que nous avons été arrêtés à minuit, on était couché, moi je ne portais qu’un caleçon, les gendarmes ont tiré plusieurs coups de feu qui ont d’ailleurs réveillé tout le monde, ils nous ont pris pour nous amener à Mali centre, d’autres membres de la famille ne sachant pas de quoi il s’agit sont rentrés dans la brousse pour prendre la fuite. C’est avant-hier que mes habits sont venus. On nous a dit qu'ils reprochent à mes deux codétenus la coupe abusive de vois pour faire du charbon, moi on me reproche d’avoir transformé un arbre en madrier. Pourtant j’ai le permis délivré par les services compétents. Je me demande pourquoi on nous a arrêté », s’indigne M. Cissé. 

Son papa Thierno Issa Cissé âgé de 63 ans parle quant à lui d'attaque dirigée contre sa famille. « Ce n’est que ma famille qu’on a visée, Mamadou Dian, cultivateur c’est mon fils, Mamadou Aliou tailleur est mon neveu et moi cultivateur, c’est nous trois qui sommes arrêtés. On ne se reproche de rien, c’est quelqu’un qui a conduit la gendarmerie dans ma famille, sinon moi je ne suis pas charbonnier. La personne en question s’appelle Alpha Mamoudou Mbourè, peut-être que son souhait c’est de nous voir souffrir. D’ailleurs ce n’est pas une arrestation que nous avons subi mais une attaque, parce que les armes ont bien retenti pour nous mettre aux arrêts alors qu’on était au lit entre minuit et 1heure du matin » a expliqué Thierno Issa Cissé qui dit avoir été ordonné de rentrer en famille et attendre l’appel de la gendarmerie. 

Le préfet de Mali , Elhadj Harouna Souaré n’a pas voulu faire de commentaire autour du dossier. Le directeur préfectoral de l’environnement de Mali Centre Alpha Baldé que nous avons interrogé assume ces arrestations. Il reproche aux trois détenus d’exploitation abusive et sauvage de la forêt sans autorisation. Il parle également de quatre autres personnes qui seraient en fuite. 

« Ce qui a prévalu à leur arrestation c’est suite à l’exploitation abusive et sauvage de la forêt sans autorisation. Ils sont entrés dans la forêt et faire ce que bon leur semble. Surtout le long des berges de la rivière Mbourè. Nos conservateurs de Sigon sont partis arraisonner plus de 436 sacs de charbon. Des convocations ont été émises à l’endroit des accusés par deux fois ils ont refusé de répondre à Sigon. Immédiatement ils nous ont fait appel.  Moi-même je suis allé en mission dans la zone, nous avons filmé les parties déboisées ainsi que le long du cours d’eau au niveau de la berge. Nous avons constaté plus de 7 délits commis sur les 5 sites visités. Les accusés sont au nombre de sept (7) les autres sont en fuite. Les dossiers de ceux qui sont interpellés sont en examen, celui qui n’est pas coupable sera libéré » a confié le directeur préfectoral de l’environnement. 

M. Alpha Baldé a aussi confirmé que ces arrestations ont eu lieu tard dans la nuit faute de les voir la journée. En attendant les proches des détenus traversent d'énormes difficultés à pouvoir leur apporter de la nourriture à cause de la distance qui s’étend sur 100 km. 

 

Alpha Ousmane Bah

Correspondant régional d'africaguinee.com 

A Labé 

Tel. : (00224) 620 934 545

Créé le Mardi 21 Février 2017 à 17:41

Facebook icon
Twitter icon
Google icon

Nous vous proposons aussi