Guinée : un citoyen écrit au Ministre d’Etat Tibou Kamara…

Facebook icon Twitter icon
A vous la parole
Tibou Kamara, Ministre d'Etat Conseiller spécial du Président de la République
Tibou Kamara, Ministre d'Etat Conseiller spécial du Président de la République

A Monsieur Tibou Camara, Ministre d’Etat Conseiller personnel du Président de la République

Vous venez fraichement d’être nommé comme Conseiller personnel du Chef de l’Etat avec rand de Ministre d’Etat. Je vous en félicite et vous souhaite bonne chance pour accomplir vos missions.

Vous venez aussi de réussir avec le Chef de l’Etat, une médiation qui a permis une transition pacifique en Gambie, ce qui était inespéré par la communauté internationale. C’est la Guinée toute entière qui gagne dans sa diplomatie.

Vous prenez vos fonctions pendant que le Président de la République s’apprête sans grande surprise à occuper la fonction stratégique de Président de l’Union Africaine pendant une année. Ce qui voudrait dire que vos talents de Ministre d’Etat Conseiller de son Excellence Monsieur le Président de la République seront mis à l’épreuve pour l’appuyer à gérer diplomatiquement  les situations politiques de la  République Démocratique du Congo, du Soudan du Sud, de la Lybie, du Burundi entre autres et surtout redonner à la Guinée sa sur l’arène internationale.

Vous aurez aussi et surtout à promouvoir auprès du Chef de l’Etat, l’image d’une Guinée apaisée sur les plans politique et social en renouant irrémédiablement avec la cohésion nationale, la démocratie et la bonne gouvernance.

Aussi, c’est avec beaucoup de soulagement que nos compatriotes ont accueillis le récent rapprochement entre Monsieur le Président de la République et le Chef de file de l’opposition.

Ces images inimaginables il y a quelques temps, ont été possibles grâce  à vos prouesses de médiateur chevronné dont l’atout est aussi d’être un proche du Chef de l’Etat, Monsieur Alpha Condé et un fidèle ami du Président de l’UFDG, Monsieur Cellou Dalein Diallo. Mes affirmations sont confirmées par le journal Jeune Afrique dans son numéro 2906 du mois de septembre 2016 sous le titre, « les dessous d’une réconciliation ».

C’est avec les larmes aux yeux que j’ai regardé les images du Che de l’Etat, le Président  Alpha Condé et de Monsieur Cellou Dalein Diallo à la Présidence de la République et au domicile de ce dernier le 1er et 7 septembre dernier.

Notre pays est dans le besoin impératif de se réconcilier en profondeur à travers un dialogue fécond et constructif pour inscrire la Guinée dans la modernité démocratique et la stabilité politique indispensables pour engager son développement socioéconomique.

Dans l’espoir que cette détente politique produira les effets escomptés et tant attendus par nos concitoyens, je vous prie très poliment d’apporter vos précieux conseils au Chef de l’Etat sur :

I -l’élaboration accélérée et la mise en œuvre du Plan National de Développement (PND) 2017-2020

II -  la ténue de la première session du Conseil Présidentiel des Investissements et des Partenariats publics-privés pour créer un environnement favorable aux affaires et l’organisation d’un forum des investisseurs à Conakry

C’est donc animé par mon devoir de citoyen que j’ai décidé une fois de plus d’exprimer par voie de presse mes préoccupations qui consistent à diffuser mes rêves de voir la Guinée emprunter le chemin irréversible de la stabilité politique dans la cohésion sociale, la bonne gouvernance et surtout marquer nos pas vers l’émergence économique et sociale.

Lors de l’interview que le Chef de l’Etat a accordée au journaliste de Jeune Afrique dans son numéro 2913 en novembre dernier2016, le Président Alpha Condé a ténue à reprendre une phrase de  l’ancien Président Français, Monsieur Jacques CHIRAC, je cite, « Jacques CHIRAC m’a dit un jour qu’il ne comprenait pas pourquoi la Guinée à qui le colonisateur avait promis un destin de STAR économique , était tombée si bas » et le Chef de L’Etat d’ajouter devant Monsieur François SOUDAN que : « c’est pour mettre un terme à ce scandale que je me bats chaque jour que Dieu fait » ; Pour ce faire, il me semble urgent pour le Président de la République de prendre une batterie de mesures et d’orientations politiques majeures devant indiquer dans les quatre prochaines années sa vision pour sortir la Guinée de la misère, la pauvreté, l’insécurité, l’ethnocentrisme, le manque d’infrastructures socioéconomiques de base….

I-L ‘impératif Plan National de développement (PND)

Après la dure épidémie Ebola qui a frappé notre pays, la seule porte de sortie dont dispose le gouvernement repose sur l’élaboration d’un ambitieux Plan National de Développement pour mettre notre économie sur la voie d’une croissance forte et accélérée avec l’appui de nos partenaires au développement.

Lors de sa sortie médiatique sur les « Grandes Gueules » à la radio espace Fm, le Premier Ministre a souligné que les bailleurs de fonds ont de l’argent mais que seuls les pays qui ont des projets bancables peuvent en bénéficier. Le gouvernement a commencé la rédaction du PND mais le temps presse car nous sommes dans une urgence totale.

Des pays comme le Sénégal et la Cote d’ivoire sont dans l’exécution  de leurs deuxièmes plans nationaux de développement depuis 2010 et la performance de leurs économies est connue du monde entier.

Le gouvernement guinéen doit mettre en place un gigantesque programme de réformes et d’investissements pour porter la croissance annuelle de notre pays  a +5% en 2017 via des politiques économiques crédibles fondées sur une économie diversifiée.

Le Plan National de Développement (PND) 2017-2020 doit être conçu sur 4 axes principaux à savoir :

-AXE 1 : la mise en place d’une politique agricole forte et diversifiée pour cultiver et produire enfin les matières premières nécessaires à notre consommation nationale ainsi que de produits destinés à être transformés sur place par nos industries et qui sont exportables sur le marché mondial. Cette politique agricole doit être clairement définit dans le Plan national de Développement (PND) à travers des objectifs stratégiques et la définition des résultats à atteindre secteur par secteur. Les ivoiriens ont par exemple réussis à valoriser la filière de la manque et le gouvernement ivoirien est en train de construire avec leurs partenaires Saoudiens une usine de production de jus de fruits et de purée de mangue à exporter spécialement en Arabie Saoudite.

- AXE 2 : la conception et la mise en œuvre d’un plan gouvernemental de relance et de la diversification de notre tissu industriel, pour créer une industrie manufacturière de transformation de nos produits agricoles en boostant la consommation nationale et la création de centaines de milliers d’emplois.

En guise d’exemple, le secteur agricole de la côte d’ivoire représente en 2016, 22% du PIB du pays, plus de 50% des recettes d’exportation et les deux tiers des sources d’emplois et de revenu de la population. (Source Banque Mondiale) et ce pays est considéré comme le champion continental car la Cote d’ivoire est considérée comme le Premier producteur mondial de cacao avec 40% de la production, le premier producteur africain d’hévéa, le premier producteur africain  de bananes , deuxième producteur et premier exportateur mondial d’anacardes (noix d’acajou) le premier exportateur africain de mangues… ; Ce que la Guinée est capable de réaliser dans quelques années si des bases solides fondées sur une vision présidentielle à la hauteur des attentes de notre pays est mise en place à travers la Politique ambitieuse de développement national que j’appelle de tous mes vœux.

-AXE 3 : la mise en œuvre d’une stratégie gouvernementale sans précédent, d’amélioration des conditions de vie de nos concitoyens à travers des Infrastructures économiques performantes par la rénovation, la construction, la modernisation, l’entretien et la maintenance de routes bitumées, d’autoroutes, de chemins de fer, de ports, d’aéroports, d’hôpitaux modernes pour finir avec les évacuations de nos compatriotes malades dans des pays voisins mais aussi d’écoles et universités qui formerons les cadres et pourvoirons des emplois dans tous les domaines des secteurs public et privé.

Ce n’est pas une utopie que de réaliser une autoroute de Conakry à N’Nzérékoré, il suffit juste d’avoir la vision politique et économique au sommet de l’Etat pour l’incarner et la concrétiser dans des programmes économiques pluriannuels largement réalisables par le biais des Partenariats Publics Privés dont un Ministère d’Etat est créée et logé à la Présidence de la République. La Côte d’ivoire se fixe comme objectif de mettre sur les rails le premier métro Abidjanais en 2020.

Pour l’électricité, je salue la construction du barrage de KALETA et le démarrage de celui de SOUAPITI et j’espère que le Chef de l’Etat et son gouvernement vont tout mettre en œuvre pour engager des projets dans le domaine de l’énergie solaire car notre pays dispose d’une forte irradiance solaire directe lui permettant de construire de centrales solaires avec des partenaires spécialisés comme ENGIE France ou Green Witch…Le Sénégal dispose déjà d’une centrale solaire de 20 MW, la plus importante en Afrique de l’ouest.

Notre pays doit absolument s’inscrire dans une gouvernance globalement fondée sur une vision stratégique majeure au sommet de l’Etat pour réaliser le rêve d’une Guinée émergente.

AXE 4 : la promotion de la paix, de la bonne gouvernance , de la stabilité politique et de la cohésion sociale : Nous pouvons disposer de la plus belle vision politique, économique et sociale du monde, mais, elle ne sera opérationnelle que dans un environnement politique et social fondé sur l’Etat de droit, d’esprits de travail, de justice et de solidarité pour l’ensemble de nos concitoyens. Le premier facteur de développement d’un pays réside  non seulement dans la confiance, la crédibilité et la légitimité que les citoyens accordent aux institutions de la République mais aussi au respect des dispositions constitutionnelles, légales et réglementaires qui régissent l’organisation et le fonctionnement de la République. Je milite pour un Etat exemplaire et irréprochable et des Citoyens exemplaires et irréprochables. Le Président Alpha CONDE souhaite de tout son cœur devenir le nouveau MANDELA, il lui faudra imprimer et incarner à cet effet une véritable vision au sommet de  l’Etat pour accélérer la réconciliation nationale et arriver à faire en sorte que : la seule communauté que connait la Guinée s’appelle la République et qu’elle fait de chacun de nous des citoyens, c’est-à-dire, les acteurs de notre destin commun. Voilà pourquoi, le plan national de développement devrait inéluctablement faire de la promotion de la paix et de la cohésion nationale un des piliers stratégiques pour inspirer, mobiliser et responsabiliser tous nos concitoyens  sur leur part de responsabilité et d’engagement quant aux considérables défis qui sont les nôtres en ce début de troisième millénaire.

-II : -  la ténue de la première session du Conseil Présidentiel des Investissements et des Partenariats publics-privés dans un environnement favorable aux affaires et l’organisation d’un forum des investisseurs à Conakry

Monsieur le Ministre d’Etat

Lors de l’interview que le Chef de l’Etat a accordé au journaliste François SOUDAN du panafricain Jeune Afrique en son numéro 2913 de novembre dernier, ce dernier mentionne que : « quant aux investisseurs « lourds » et aux financements privés, ils hésitent toujours à prendre le chemin d’un pays classé (la Guinée) 163e (sur 190) au dernier classement « Doing Business ».

Voilà pourquoi il me semble indispensable de conseiller et d’appuyer le Président de la République et le Gouvernement pour accélérer les réformes structurelles nécessaires en vue de ramener de la confiance et de la crédibilité entre la Guinée et les investisseurs potentiels qui souhaitent poser leurs valises à Conakry pour booster notre économie nationale.

 -Poursuivre la simplification des procédures administratives relatives à l’investissement privé par l’automatisation ou la dématérialisation  des actes de création d’entreprise, de la délivrance rapide et sécurisé des permis de construire, de la possibilité de faire de la télé déclaration ou du  télépaiement par les entreprises.

- Il faudrait aussi que nos régies financières régaliennes que sont la Douane et les Impôts puissent travailler sur la base d’un système d’information sécurisé et harmonisé à travers une législation fiscale et douanière incitative et attractive pour les affaires et le commerce. La confection d’un plan interministériel coordonné de relance des investissements en Guinée qui se traduira par la refonte et l’harmonisation de nos codes civils, miniers, pénal, du code des investissements entre autre.

-La ténue de la première session du Conseil Présidentiel des Investissements

Dans un article précédent, que j’ai publié sur des quotidiens en ligne, j’ai écrit une lettre ouverte au Chef de l’Etat pour l’encourager à tenir la première session du Conseil présidentiel des Investissements qui a été créé depuis 2014. J’insiste sur l’importance d’entreprendre cette démarche présidentielle car aux termes de l’article 2 du décret portant création, attributions, organisation et fonctionnement du Conseil présidentiel des Investissements et des partenariats publics et privés, « le conseil présidentiel des partenariats publics et privés a pour mission de promouvoir le dialogue entre l’Etat, le secteur privé et la société civile pour identifier et prévenir les obstacles à l’investissement et les questions qui requièrent l’intervention du gouvernement, en vue d’améliorer le climat des affaires et des investissements en République de Guinée ».

Or, en recevant la dernière fois, les opérateurs économiques, le Chef de l’Etat a indiqué sa volonté de Réformer tout le système en Guinée. Je crois que le Conseil présidentiel est dans ce sens une institution d’importance capitale pour diagnostiquer et réformer en profondeur le cadre juridique et institutionnel des investissements pour attirer le maximum d’investisseurs en Guinée et booster notre économie nationale.

-Aussi, je souhaite attirer votre attention sur l’intérêt majeur que nous avons à organiser un FORUM DES INVESTISSEURS sous l’égide du gouvernement et des partenaires au développement. Ce forum permettra à la Guinée d’inviter sur son sol des investisseurs potentiels du monde entier pour qu’ils découvrent les innombrables ressources agricoles, minières, hydroélectriques et tant d’autres secteurs névralgiques à valoriser sur notre territoire. Ce sont les investissements qui créeront la richesse, l’emploi, la consommation mais aussi et surtout les impôts et taxes qui permettrons à l’Etat de faire face à ses nombreuses dépenses.

 Nos voisins ivoiriens et sénégalais ont organisés à Paris des réunions de haut niveau avec les institutions financières internationales et l’appui des groupes consultatifs de la banque Mondiale, pour présenter la vision stratégique de leurs pays dans les prochaines années en exposant les grandes lignes qui vont guider la construction de leurs économies et les besoins de financements nécessaires à la réalisation de méga projets au profit de leurs concitoyens. Les résultats escomptés ont dépassés leurs prévisions.

La Guinée a un potentiel agricole, minier et hydroélectrique extraordinaire, il est temps de prendre la place qui est la nôtre.

Monsieur la Ministre d’Etat, ces éléments que je viens de soulever sont entre autres autant de défis à relever  pour la Guinée et les Guinéens, et je formule pour vous, tous mes vœux de réussite dans vos nouvelles fonctions auprès du Chef de l’Etat.

Que Dieu bénisse la Guinée.

 

SOUARE Mamadou Soumayé

Diplômé de l’Institut de Préparation à l’Administration Générale, (IPAG) Université de Poitiers.

Tel : 00 336 65 92 22 55 / email : mohamedsouare@hotmail.fr 

Créé le Mercredi 01 Février 2017 à 10:03

Facebook icon
Twitter icon
Google icon