Cheick Sako : « Comment Bah Oury a été grâcié… » (Exclusif)

Facebook icon Twitter icon
Justice
Maître Cheick Sako, Ministre guinéen de la justice
Maître Cheick Sako, Ministre guinéen de la justice

CONAKRY- Mme Fatou Badiar, le Commandant Alpha Oumar Boffa Diallo et cie, ont-ils une chance d’être graciés par le Président de la République ? Le Ministre d’Etat chargé de la justice s’est exprimé cette semaine sur le sort de ses prisonniers qui ont été reconnus coupables dans l’affaire de l’attaque du domicile privé du Chef de l’Etat.

Maître Cheick Sako a fait quelques mises au point au sujet de ces détenus qui avaient été condamnés au même titre que Bah Oury.

« L’histoire de Bah Oury je me suis déjà prononcé là-dessus. C’est un acte de souveraineté discrétionnaire du Président de la République. Le Président me dit qu’il y a quelqu’un qui est condamné, je veux le gracier, moi je regarde dans les textes pour trouver un habillage juridique. J’avais dit que les six personnes qui étaient prévues l’année dernière, Bah Oury a été mis là-dans, mais c’est moi qui avais demandé à Monsieur le Président de la République de gracier un certain nombre de personnes se trouvant dans les prisons de Guinée. On est arrivé jusqu’à 179 en comptant les six. Monsieur Bah Oury qui est un homme politique majeur dans ce pays, il a été ou il est toujours vice-président du plus grand parti d’opposition, respectable (UFDG). Si le Président de la république décide de le gracier, je pense qu’il faut saluer cet acte », a indiqué le Ministre d’Etat Cheick Sako dans un entretien avec un journaliste de notre rédaction.

Le Président de l’Institution Nationale Indépendante des Droits de l’Homme, Mamady Kaba, a dans une déclaration rendue publique la semaine dernière, sollicité la libération des autres prisonniers reconnus coupables dans l’affaire de l’attaque du domicile privé du Chef de l’Etat.

Pour le Ministre d’Etat Cheick Sako, la libération de Fatou Badiar et cie, n’est pas exclue ; Mais à une condition : « Les autres personnes qui ont été condamnées dans le même dossier que Bah Oury, pourquoi ceux-ci ne bénéficieraient pas de la grâce présidentielle ? Il appartient au Président de la République. Moi au visa des critères que j’ai fixés, je ne peux pas les proposer. Parce qu’il faut je sois logique et honnête intellectuellement avec moi-même. En revanche, quand je verrais le Président de la République, je lui dirais qu’est-ce qu’on fait des personnes qui ont été condamnées dans l’attaque de votre domicile puisqu’il y a un qui a bénéficié de la grâce. C’est lui après qui appréciera », précise le Ministre d’Etat Cheick Sako.

 

Ahmed Tounkara

Pour Africaguinee.com

 

 

Créé le Samedi 17 décembre 2016 à 14:53

Facebook icon
Twitter icon
Google icon

Nous vous proposons aussi