Crise au sein de l’opposition : la réplique de Faya Millimono…

Facebook icon Twitter icon
Opposition
Faya Millimono
Faya Millimono

CONAKRY-La crise qui mine l’Opposition Républicaine est loin de connaitre son épilogue ! Après avoir  été exlu de la dernière plénière de l’Opposition, le groupe de Faya Milimono considéré comme étant les frondeurs, prépare leur controffensive.

« Nous n’allons pas brûler les étapes. Nous restons sereins et nous allons essayer d’interpréter la charte de l’opposition pour que tous ceux qui ont manqué aux dispositions de la charte puissent avoir un avertissement clair », a prévenu le Dr Faya Milimono, interrogé par Africaguinee.com.

L’opposition républicaine est minée par une division depuis la signature de l’accord politique du 12 octobre dernier. Le vendredi 25 novembre dernier les « fondeurs » ont été exclus de la plénière. « Le jour où, ils (les frondeurs, ndlr) nous rejoindront du point de vue de l’acceptation de ces dispositions de l’accord, je pense que la porte leur est grandement ouverte au niveau de l’opposition », avait averti Aboubacar Sylla, le porte-parole de l’opposition républicaine.

« Ceux qu’ils appellent les frondeurs ont plus de légitimité qu’eux », réplique Dr Faya Milimono, faisant remarquer que la majorité des partis membres de l’opposition Républicaine conteste le point 2 de l’accord.

« Il y a neuf (9) partis politiques qui contestent le point 2 de l’accord tandis que sept (7) autres l’approuvent. Comment une minorité peut-elle convoquer une réunion au nom d’une organisation régie par une charte et menace d’exclure des gens ? Je trouve qu’il faut qu’on se prenne un peu au sérieux », soutient le leader du Bloc Libéral, laissant entendre qu’ils ouvert à la médiation.  

« Nous ne sommes pas contre une médiation quelconque », indique l’opposant observant cependant « si l’on voulait véritablement d’une médiation, on aurait dû se lever un peu plutôt pour dire qu’on ne peut pas accepter que l’opposition républicaine prenne des décisions en plénière et que ses décisions soient remises en cause autour de la table des négociations », observe le leader du Bloc Libéral.

Affaire à suivre…

 

Diallo Boubacar 1

Pour Africaguinee.com

Tel. : (00224) 655 311 112

Créé le Lundi 28 novembre 2016 à 15:11

Facebook icon
Twitter icon
Google icon

Nous vous proposons aussi