Révélations de Damaro: « Le Président Alpha, Cheick Sako, les 29 milliards et moi… »

Confidences de Damaro
Damaro Camara, Président du groupe parlementaire de la majorité présidentielle
Damaro Camara, Président du groupe parlementaire de la majorité présidentielle

CONAKRY- On en sait un peu davantage sur la plainte qui a été déposée contre le Chef de file de la majorité Présidentielle au Parlement. Accusé par un cabinet d’Huissiers de trafic d’influence, l’honorable Amadou Damaro Camara, vient de faire  des révélations sur cette affaire de gros sous.

Le parlementaire qui s’est confié à notre rédaction ce mardi 18 octobre 2016, est revenu de long en large sur ce dossier, qui touche le « sommet de l’Etat ». Exclusif !!!

De quoi s’agit-il ?

« J’ai été approché par un citoyen qui est venu me voir pour me dire que l’Etat lui doit et que tous ceux qui sont dans les conditions qui sont les siennes ont été  payés ou tout au moins en partie. Je me suis intéressé. Et j’ai trouvé que c’est des voix qui accusaient le Président de la République de bloquer. Comme je sais que 95% de ceux qui disent : le Président m’a dit, c’est faux, je suis allé voir le Président pour lui dire : attention, on vous accuse d’une injustice qui ne vous ressemble pas. Quand je lui ai expliqué, il m’a dit  non qu’il ne peut pas ordonner qu’on favorise un créancier, non plus demander à ce qu’on brime un créancier. S’il y a de l’objectivité, si les techniciens ont conclu que le créancier soit payé, alors qu’on lui paye ce qui a été payé à tous les autres. C’est ce qui a été fait. Et par après, moi je ne me suis plus intéressé.

C’est après quelque huit à neuf mois qu’on m’a dit que le compte de la société (SOGUICOM, ndlr) pour laquelle je suis intervenu pour qu’elle soit payée, a été saisi par des Huissiers. J’ai alors appelé le Ministre de la Justice (Cheick Sako) pour lui dire : ‘’attention Mr le ministre, c’est moi qui suis parti voir le Patron (le Président Alpha Condé, Ndlr), voilà comment ça s’est passé. Je suis surpris que des huissiers disent que c’est à cause de leur travail que la dette a été payée’’. Le Ministre m’a donné des explications qui ne m’ont pas du tout convaincu.

Du coup fil du Président à Sako…

Je suis retourné voir le Président pour lui dire ‘’ j’avais attiré votre haute attention sur un cas, vous avez demandé qu’il soit traité comme tous les autres, mais voilà que des huissiers bloquent son compte, comme quoi, c’est eux qui auraient démarché et forcé l’Etat à payer la créance’’.  Quand je lui ai dit ça, naturellement, il a appelé le ministre pour lui dire : ‘’c’est quoi cette histoire ?’’. Je m’en suis arrêté là.

Après j’ai appris que Mohamed Camara et les huissiers étaient en train de négocier pour trouver une porte de sortie, comme cela aurait été recommandé par le Ministre, le Juge etc. Aux dernières nouvelles, j’ai demandé à Mohamed comment ça s’est passé. Il m’a dit que cela a fait cinq séances qu’il part voir les Kissing sans qu’ils ne s’entendent. Le Président de la Cour d’Appel a rendu un arrêt comme il a cru être bon. Il a fait la main levée sur le compte de Mohamed.

Ce qui m’a surpris…

Et voilà, le cabinet Kissing me traite d’être le propriétaire de la Société. Or, cette société a été créée quand j’étais aux Etats-Unis, il y a plus de cinq ans. Le marché dont il est question, j’étais encore aux Etats-Unis. Je ne peux pas rester là-bas pour m’offrir un marché ici de 29 milliards de francs guinéens d’engrais que je ne connais même pas. Les Kissing ne savent pas que je n’étais pas en Guinée de 1999 à 2011. Quand on parle de commission, il ne s’agit pas de moi. C’est une commission entre eux, les huissiers et l’entreprise. Mais ce qui m’a surtout surpris, c’est l’incompétence avec laquelle, le cabinet Kissing traite cette affaire.

D’abord, c’est eux qui portent plainte contre moi et me convoque à 9heures le 20 octobre au Tribunal de Première Instance de Kaloum. Mais je crois qu’ils se sont rendus compte de leur bêtise parce qu’on a dû leur dire que je suis député et qu’on ne peut pas me convoquer à la Justice. Une deuxième bêtise, c’est eux-mêmes qui ont écrit au Président de l’Assemblée alors que cette tâche revient au Procureur Général via le Ministre la Justice pour demander au Président de l’Assemblée de lever mon immunité, quand le juge d’instruction trouve que le crime est tel que le député doit être privé de sa liberté.

Simple marché de Pub

 Alors, que ce soit le Président de l’ordre des Huissiers qui ne sait même pas ces procédures aussi simples, je me dis qu’ils ne sont que des affairistes. Mais je ne vais descendre dans la boue avec eux pour ramasser des ordures qu’ils ont sortis. Ce serait à eux de les ramasser quand ils le voudront. Leur troisième bêtise, ils oublient que c’est moi qui demande le vote à l’Assemblée Nationale. Donc, leur chance pour obtenir la levée de mon immunité, est égale à zéro. Comme je l’ai dit, je ne vais descendre dans la boue avec eux pour débattre de ça. Je ne suis pas dans leurs affaires. Si j’étais comme eux, j’allais porter plainte pour diffamation. Je crois qu’ils ont voulu se faire un peu de publicité avec mon nom. Mais ça  ne me laisse ni chaud, ni froid ».

A suivre…

 

Diallo Boubacar 1

Pour Africaguinee.com

Tel. : (00224) 655 31 11 12

Créé le Mardi 18 octobre 2016 à 16:02