Insalubrité à Conakry : Zoom sur les grand-marchés de la capitale (Reportage)

Facebook icon Twitter icon
Société

CONAKRY- Odeurs nauséabondes, mouches, eaux usées, des montagnes d’ordures éparpillées çà et là, chaussés bloquées par des tas d’immondices, vendeurs et acheteurs dans le-qui-vive… Voilà la triste ambiance qui règne dans les grand-marchés de la capitale Conakry.

Cette insalubrité chronique préoccupe vivement ceux qui fréquentent quotidiennement ces marchés en cette période hivernale où il très facile d’attraper des maladies, a constaté sur place  africaguinee.com.

Assise dans la saleté, Bintou Cissoko, vendeuse d’articles divers au marché de Sonfonia, exprime sa colère.   

« Il y a des gens ici, qui tombent malades à cause de la saleté, alors qu’ils n’ont pas d’argent. On paye GNF 1000 les taxes pour le ramassage, mais on souffre, les ordures  sont devenues beaucoup dans nos lieux de ventes », crie Bintou Cissoko.

Pour cet autre marchand, Mamadou Oury Sow la montagne d’ordures constituent un facteur négatif pour lui. Il explique que c’est qui les empêche d’avoir assez de clients.

 « Quand il pleut,  les verres viennent  rentrer dans nos marchandises avec les mouches qui  les gâtent. Les clients n’achètent  pas  et disent que nos produits sont avaries. Ces ordures  sont là depuis plusieurs jours, les gens qui s’occupent de l’assainissement ne viennent pas », a dénoncé Monsieur Sow.

Le marché de Sonfonia est le prototype même de tous les grand-marchés de la capitale Conakry. A Madina, Entag et Matoto la situation est  également dramatique, les marchands cohabitent avec les ordures.

Interrogé,  le directeur de cabinet du Gouvernorat de la ville de Conakry, Dr Moundjour Chérif  a soulevé plusieurs difficultés qu’ils rencontrent dans la gestion des ordures. Ce cadre du Gouvernorat dénonce aussi l’incivisme des citoyens et le manque de budget pour l’assainissement. 

« L’insalubrité c’est une réalité que nous vivons depuis ces 5 à 6 dernières années.  C’est vrai  que le problème d’assainissement de la ville de Conakry traverse quelques difficultés institutionnelles. La rareté des  ressources,  parce que cela demande de gros moyens. Que ça soit financière et matérielle. Mais de là à utiliser les ordures pour barrer la circulation et créer des saletés volontairement sur des sites de souveraineté de l’Etat. Cela relève de l’incivisme des citoyens », a accusé Dr Moundjour Chérif.

Pour rendre la ville propre,  selon lui,  tous les cadres des services déconcentrés et décentralisés de la ville dans les communes sont déployés, pour assurer la supervision de l’assainissement en harmonie avec les maires des communes. Il reconnait tout de même que la chaine sur la gestion des ordures au sein des marchés ne tournant pas normalement.

En perspective,  le gouvernorat  envisage de délocaliser  le grand dépotoir situé à Concasseur qui est saturée. Selon le directeur de cabinet, le gouverneur Mathurin Bangoura  a déjà identifié un nouveau site à Khorira dans Dubréka.

Un reportage de BAH Aissatou

Pour africaguinee.com

Tél : (00224) 655 31 11 14

 

 

Créé le Samedi 09 juillet 2016 à 11:14

Facebook icon
Twitter icon
Google icon