Guinée: le bal des hypocrites...

Facebook icon Twitter icon
Coup de gueule

Le 29 juin dernier, une scène surréaliste s’est déroulée lors d’une mamaya à cona-cris. Sur la piste : Kôrô Alpha le mansa de toute la guinée, Kôtô Dalein et des barbes blanches étaient réunis pour les « rabbanas » et « Alléluia » au nom de la réconciliation nationale. Sans aucune honte, Kôrô Alpha et Kôtô Dalein qui se détestent depuis des années, ont refusé de se serrer les pinces au nom de la « réconciliation » pourtant objet de cette mamaya en plein ramadan !Iskiiine ! Après les discours démagogues et hypocrites, chacun est rentré chez lui pour vaquer à ses affaires. Incapables d’assumer leur statut d’hommes d’Etat pour montrer l’exemple à leurs compatriotes, Kôrô Alpha et Kôtô Dalein symbolisent aujourd’hui cette hypocrisie devenue un sport national en Guinée. Cette hypocrisie se déroule bien sûr, sous l’œil complice et indifférent de nos barbes blanches. En voici deux signaux pour mieux comprendre ce bal des hypocrites…

Primo, Kôrô Alpha fidèle à ses habitudes, a enfumé tout le monde avec ses discours égocentriques dans un style d’autoflagellation assumée. « Moi j’ai été opposant pendant 40 ans, aucun Président ne peut dire que mon parti a cassé une voiture à plus forte raison une maison ».Ambiance ! Plus loin, le Mansa  qui songe à préserver son Kibanyi  présidentiel s’est souvenu de Dieu dans une langue de bois à faire pâlir machiavel : « Dernièrement, j’ai invité les imams à prier. Je leur ai dit que nous subissons beaucoup de malheurs parce que nous avons trop péché contre Dieu. Nous devons prier pour demander pardon à Dieu. Parce que nous avons beaucoup agressé Dieu » et plus loin il ajoute : « Je suis certain que les guinéens peuvent pardonner. Mais pour pardonner, il faut d’abord la Justice. Parce que s’il n’y a pas de justice, on ne peut pas pardonner. On peut ne pas oublier, mais pardonner et se donner la main. Mais cela suppose qu’on rende justice à toutes les victimes ». Derrière ce discours mielleux, il faut dire que Kôrô Alpha n’est pas pressé pour enclencher cette machine de la justice pour tous, au nom de la « réconciliation ». Certes une « grâce présidentielle » a été accordée à ses opposants farouches (Bah Oury en sait quelque chose) grâce aux bons offices de nos amis occidentaux, mais chaque discours présidentiel, est entaché de flèches empoisonnées à l’encontre de nos opposants-opposés. Même les communautés ethniques n’échappent pas aux paroles guerrières et discriminatoires de Kôrô Alpha. Des peulhs aux malinkés, des Soussou aux forestiers, personne n’échappe au style agressif et sulfureux du Mansa  de Sékhoutouréya.  Inutile d’égrener le chapelet des dérapages présidentiels, mais entre les discours et les actes de Kôrô, il y a un gouffre. Depuis 5 ans, même un simple mémorial pour les victimes de notre passé sanglant n’a pas été érigé. Quid des moyens alloués à notre justice ? Ce département stratégique ne dispose que de miettes. Pourtant de 1958 à nos jours, les victimes attendent que justice soit rendue. D’ailleurs d’autres sont morts sans goûter à cette espérance d’une justice et d’une reconnaissance des torts qu’ils sont subis. Enfin, le sang versé à Zogota, Koulé, Womé  entre 2010 et 2015 nous rappelle que la justice n’est pas une priorité pour  Kôrô Alpha. A vrai dire, cette mamaya de remise du rapport sur la réconciliation nationale vise un but : Apporter une preuve aux occidentaux quant à la « bonne volonté » de Kôrô Alpha de réconcilier les guinéens. Ce document va d’ailleurs pourrir dans un tiroir du palais. Le reste, on s’en fout. Mais rira bien qui rira le dernier kaa ?

Secundo, Kôtô Dalein  ne manque jamais l’occasion de montrer qu’il est le « gentil » et Kôrô Alpha  le « méchant », coupable de tous nos maux. En instrumentalisant à des fins politiques la mort tragique de jeunes innocents lors de manifestations stériles,  Kôtô Dalein est loin d’être un ange avec le sourire  permanent qu’il affiche. D’ailleurs, il assume pleinement sa proximité avec les bourreaux d’hier qui ont versé le sang de ses compatriotes. Faut-il oublier ses nombreuses visites auprès de  la famille de l’ancien président Lansana Conté dont il cherche désespérément le soutien auprès de l’électorat soussou ? Pourtant, sans réveiller nos vieux démons, la fin de règne tragique de Conté a coûté la vie à des centaines de jeunes lors des massacres de janvier 2007. Lui qui est très habile pour rappeler les « bienfaits » de Conté oublie malheureusement la souffrance des nombreuses victimes de l’ancien Manguê  Sékhoutouréyah. Récemment, c’est un autre bourreau présumé qui a reçu le sourire angélique de Kôtô Dalein. Notre Dadis national depuis Ouagadougou avait envisagé une alliance avec Kôtô Dalein pour conquérir le pouvoir. Cette alliance morte-né a été le comble de la trahison pour ceux qui ont perdu des proches lors des massacres du 28 septembre 2009. Aujourd’hui dans son « cimetière des martyrs » de Bambéto, Kôtô Cellou espère accueillir encore d’autres  victimes pour aggraver la haine contre Kôrô Alpha dont le régime est accusé de tous nos maux. Mais rira bien qui rira le dernier kaa ?

En définitive, dans notre pays où les analphabètes sont majoritaires, l’exemple doit venir d’en haut. Haineux les uns envers les autres, nos chefs et leaders politiques ont contaminé leurs partisans et leurs communautés ethniques. Le danger aujourd’hui, c’est que nos barbes blanches qui étaient jadis nos sapeurs-pompiers sont tous….politisés ! Allahou Akbar ! Pour quelques billets d’argent, ils sont prêts à tout y compris bénir nos propres bourreaux. Au final, nos barbes blanches sont aussi …hypocrites que nos politiques. Aucun n’ose dire la vérité au chef,  bien au contraire ! Les coups bas, les trahisons se multiplient au sein de nos coordinations régionales devenues des paniers de crabes pour contrôler le pouvoir. Alors me direz-vous, faut –il désespérer ? La réponse est non ! Un espoir minime reste encore. Cet espoir, c’est la  jeunesse guinéenne tournée vers l’avenir et qui refuse d’être manipulée par les politiques et les barbes blanches. Car dans ce processus de « réconciliation nationale », les jeunes doivent apprendre leur passé, comprendre que chaque ethnie a produit ses propres bourreaux, que ce sont des individus qui sont coupables, pas un groupe ethnique. Par ailleurs, il faut garder à l’esprit que nos chefs et barbes blanches hypocrites passeront, mais la Guinée est éternelle. Majoritaires par le nombre, les jeunes ont leur avenir en main. A condition de briser les chaînes du respect aveugle aux chefs politiques et à nos barbes blanches qui roulent pour leurs intérêts. Pour mettre fin à ce bal des hypocrites, les jeunes doivent reprendre les commandes du navire Guinée avant qu’il ne chavire dans les abysses de notre passé ensanglanté. Au fait, la course à la succession de Kôrô Alpha est déjà lancée. Mais les vautours de la République veulent déjà modifier notre constitution pour offrir un troisième mandat à Kôrô qui fêtera ses 82 printemps en 2020 ! A moins que les jeunes disent MERDE à tous les hypocrites qui veulent encore danser un autre bal hypocrite au son funeste. Mais ceci est une autre histoire. A bientôt.

Amadou Diallo
Pour Africaguinee.com
damadou13@yahoo.fr

Créé le Lundi 04 juillet 2016 à 15:06

Facebook icon
Twitter icon
Google icon

Nous vous proposons aussi