Menaces de manifestation de militaires retraités en Guinée : Le Ministre Kabèlè Camara s’explique… (Exclusif)

Interview
Maître Abdoul Kabèlè Camara, Ministre délégué à la défense nationale
Maître Abdoul Kabèlè Camara, Ministre délégué à la défense nationale

CONAKRY- Que va faire le Gouvernement guinéen après les menaces de plusieurs militaires ayant récemment fait valoir leur droit à la retraite ? Comment le processus de mise à la retraite de ces militaires s’est-il déroulé ? Le Ministre guinéen délégué à la défense, Maître Abdoul Kabèlè Camara qui a été directement cité par ces militaires retraités, se défend en affirmant que toute la procédure avait été respectée. Exclusif !!!

 

AFRICAGUINEE.COM : Monsieur le Ministre bonjour !

ABDOUL KABELE CAMARA : Bonjour Monsieur Souaré !

Des militaires accusent le Gouvernement guinéen de n’avoir pas tenu promesse sur les mesures d’accompagnement qui leurs avaient été annoncées lors de leur mise à la retraite. Ces anciens militaires menacent de descendre dans la rue si leurs revendications ne sont pas satisfaites. Votre réaction ?

Vous avez tous suivi la mise à la retraite des 3928 militaires. Il était prévu 4200, mais le président de la République a donné la possibilité entre 72 et 78 militaires de continuer leur carrière dans deux ans. Il restait donc 3928 à faire admettre leurs droits à la retraite. Ces individus pour une situation très exceptionnelle sont restés trop  longtemps sans aller à la retraite. C’est la première fois qu’on a décidé de ne pas envoyer tout le monde à la retraite, de prendre la fourchette de 1952 à 1975. Pour ceux qui sont compris dans cet intervalle ils doivent bénéficier de mesures d’accompagnement. Le président de la République nous a instruit cela et nous avons formulé la demande auprès du système des Nations-Unies. Le ‘’PBF’’ a accepté de nous accompagner  tant pour le recensement biométrique que pour la mise à la retraite des 3928 militaires. Le Ministère de l’Economie et des Finances a demandé au PNUD (Programme des Nations-Unies pour le Développement, Ndlr) de procéder au virement du montant de plus de 25 milliards  GNF, dans un compte pour payer trois mois de salaire comme titre d’accompagnement des 3928 militaires.

Toutes ces mesures ont été prises et les gens ont été payés  régulièrement devant des caméras au vu et au su de tout  le monde. Ce processus était suivi et les pièces justificatives existent au niveau du système des Nations-Unies. Des militaires ont décidé du fond de leurs casernes de toucher cette mesure. Après payement ils ont indiqué où ils comptent rentrer définitivement après la retraite. Pour la plupart d’entre eux c’était leur village. Ensuite selon la distance on a octroyé une indemnité qui a été payée et ils ont tous émargé.

Toute la procédure a donc été respectée selon vous ?

Oui il y a même eu des mesures exceptionnelles. Nous pouvions par le temps voir des militaires de  1952 au sein des effectifs des Forces Armées. Il y a eu assez d’accumulation de ce genre. C’est une fourchette prise entre 1952 et 1975.

 Pensez-vous qu’il s’agit alors de personnes mal intentionnées qui sont derrière ces menaces ?

Je respecte vraiment les militaires qui sont admis à faire valoir leur droit à la retraite  pour ce qu’ils ont fait. Mais je suis sûr et certain que cela n’est pas de l’avis de toute cette corporation, mais juste d’une poignée. Je ne sais pas dans quelle intention ils l’on fait  et qui est derrière tout cela. Mais toujours est –il que c’est le même  groupe qui a demandé dans une plateforme la revalorisation de leur  pension de 1952 à 1984, et de 1984 en 2008 soit (…). Imaginez de 1952 à 1984 c’est l’époque coloniale ça (Rires…) c’est bizarre vraiment aux yeux de n’importe quel observateur.

Qu’envisagez-vous de faire à présent ?

Vous me connaissez (…). Je suis à la disposition de tout le monde. Je suis en charge de ce département pas pour me servir, mais plutôt dans l’intérêt de la nation et de ses fils. Nous sommes en train de faire une réforme, et  cette réforme doit être la contribution de tous les fils de ce pays y compris les militaires. Je suis à leur disposition pour discuter sereinement.  Le  jour où ils sont venus à ma demande pour discuter de ce problème, j’ai indiqué à un parmi eux qui voulait ressortir le côté relationnel qu’il entretien avec le chef de l’Etat, j’ai clairement indiqué qu’au tour de cette table il n’est pas question de parler du Président de la République mais plutôt des militaires à la retraite.

Est-ce que le processus de réforme des forces de défense et de sécurité va être poursuivi ?

Pas du tout, s’il y a un secteur aujourd’hui qui est applaudit  en Guinée c’est bien sûr la réforme du secteur des forces de défenses et de sécurité à cause des progrès qui ont été réalisés, et cela de concert avec tout le monde. On a agi dans la transparence et rien n’est caché. On a payé jusqu’au dernier centime l’argent des 3928 militaires.

 

Entretien réalisé par SOUARE Mamadou Hassimiou

Pour Africaguinee.com

Tél. : (+224) 655 31 11 11

 

 

 

 

Créé le Mardi 24 Février 2015 à 18:20