Guinée : Pourquoi refuse-t-on le renouvellement de l’accréditation du correspondant de RFI, Mouctar Bah ?

Facebook icon Twitter icon
Médias
Mouctar Bah
Mouctar Bah

CONAKRY- Pourquoi le correspondant de Radio France Internationale (RFI) est privé de micro depuis plusieurs mois ? Le non renouvellement de son accréditation empêche le Sieur Mouctar Bah d’exercer son métier de journaliste en Guinée.

De quoi reproche-t-on à notre confrère jusqu’à lui refuser le « fameux » sésame lui permettant d’exercer son métier en Guinée ? Dans les faits, rien. Le Conseil National de la Communication lui-même l’admet. En effet dans sa lettre «  de refus » adressée à Yves Rocle, Directeur Adjoint de RFI, chargé de l’Afrique, la présidente du CNC, Madame Martine Condé écrit : « vous en souhaitant une bonne réception, veuillez agréer, Monsieur le Directeur, l’assurance de notre considération avec RFI dont nous apprécions le travail sur le terrain en Guinée’’.

Ce travail est assuré depuis de longues années par le correspondant « historique »numéro1, Mouctar Bah, renforcé depuis 2013 par un numéro 2, Sidi Yansané, lui-même remplacé depuis l’été dernier par Fabien Offner, précise Yves Rocle dans sa réponse adressée au CNC.

Alors, Mouctar Bah, est-il victime d’un musellement venant du plus haut sommet de l’Etat ? Le CNC est-il devenu l’appendice de l’exécutif ? Interrogé sur la question notre confrère Mouctar Bah temporise : ‘’ Je n’en veux pas à Martine (la présidente du CNC). Elle est trop petite dans cette affaire’’, nous a confié la voix de Rfi en Guinée.

Mais à quand remontent ces « bouillants » échanges épistolaires entre la Direction Afrique de RFI et les autorités guinéennes ?  

Le 16 décembre 2014, Yves Rocle, adjoint à la directrice de RFI chargé de l’information Afrique écrit à la présidente du Conseil National de la Communication (CNC) madame Martine Condé, pour la validation de l’accréditation de Mouctar Bah pour l’année 2015.  

Dans cette note dont Africaguinee.com a obtenu copie, il est écrit : « à l’approche de la nouvelle année, je vous serai reconnaissant de bien vouloir valider le renouvellement de l’accréditation de notre correspondant numéro un en Guinée, Mouctar bah, pour 2015.

Mouctar Bah devra assurer tout au long de l’année la couverture de l’actualité guinéenne et régionale pour l’antenne de RFI et son site », lit-on sur la missive.

Le même jour, la présidente du CNC, Martine Condé répond à Yves Rocle dans un courrier où elle annonce son regret de ne pouvoir valider l’accréditation de Mouctar Bah au motif que le Gouvernement a déjà tranché sur cette question.

Voici ce qu’elle a écrit : « J’accuse réception de votre correspondance du 16 décembre 2014, relative à la validation de l’accréditation de M. Mouctar Bah en qualité de correspondant de RFI en Guinée.

Le Conseil après examen du dossier en session plénière, se fait le devoir de vous notifier le regret du CNC de ne pouvoir valider l’accréditation pour l’année 2015, au motif que le gouvernement représenté par le ministère de la communication vous a déjà informé dans sa lettre 276/MC/CAB/2014 de cette décision.

Le Conseil rappelle que votre nouveau correspondant en l’occurrence M. Fabien Offner est libre d’exercer sur le territoire guinéen », note la présidente CNC.

Le 13 janvier 2015, RFI réplique et ramène le CNC devant les faits. Yves Rocle écrit : « je vous remercie pour votre réponse rapide à mon courrier du 16 décembre et pour votre appréciation positive du travail accompli par les journalistes de RFI sur le terrain en Guinée.

Ce travail est assuré depuis de longues années par notre correspondant « historique »numéro1, Mouctar Bah, renforcé depuis 2013 par l’aide d’un numéro 2, Sidi Yansané, lui-même remplacé depuis l’été dernier par Fabien Offner.

Je vous rappelle que vos services avaient accrédités nos deux correspondants, Mouctar Bah, numéro 1 et Sidi Yansané, numéro2 en 2013 », rappelle Rfi.

Plus loin, le Direction Afrique de RFI lance une lancinante question que le CNC devrait pouvoir objectivement répondre. ‘’Pourriez-vous m’indiquer si votre réglementation en  matière d’accréditation a changé  et qu’en conséquence nous devons renoncer à obtenir une accréditation pour notre correspondant numéro 2en français et un futur correspondant en langue mandingue ? ‘’

Cette question, le Conseil national de la Communication, refuse pour le moment de la répondre.  Interpellé sur la question, un membre du collège des membres du  Conseil National de la Communication répond : ‘’Les décisions du CNC ne sont pas à commenter. Si Mouctar veut, qu’il aille se plaindre à la Cour suprême’’, nous a rétorqué un cadre de l’Institution, sans d’autres explications.

Toutefois, s’il n’y a pas de motifs valables invoqués par le CNC pour refuser l’accréditation à Mouctar Bah,  pour mieux cerner l’origine des ennuis de notre confrère, il y a lieu de préciser un détail important. Entre les deux tours de l’élection présidentielle,  madame Martine Condé, à  l’époque, directrice de communication du Rassemblement du peuple de Guinée (RPG) s’était plaint de la prestation du correspondant de RFI en Guinée.  À l’époque, elle avait fait part de sa colère au président du CNC en ces termes : « nous avons l’honneur de saisir votre haute autorité pour protester contre le traitement partisan et partial de l’information par Radio France International en faveur de l’UFDG en cette période de campagne électorale pour le deuxième tour’’

Aujourd’hui, étant donc, à la tête de cette institution « indépendante », il n’est pas étonnant qu’elle refuse une accréditation au correspondant de cette radio, remarque un observateur. Un autre observateur dénonce le ‘’silence coupable’’ des différentes associations de presse guinéennes sur le cas du Sieur Mouctar Bah. Ce dernier voit le problème ailleurs : ‘’Martine n’en est pour rien dans cette affaire puisqu’elle est accroché à un décret’’, tempère le journaliste.

Ce problème est allé au plus niveau de l’Etat, a-t-on remarqué dans nos investigations. Le Directrice Générale de RFI aurait même écrit au président de la République, Alpha Condé, qui n’a pas encore répondu à cette lettre.

Affaire à suivre…

 

Diallo Boubacar 1

Pour Africaguinee.com

Tel : (00224) 655 31 11 12

Créé le Lundi 09 Février 2015 à 12:14

Facebook icon
Twitter icon
Google icon