CAN2015: La belle leçon de vie des guinéens et maliens

Facebook icon Twitter icon
Football

MALABO-Malgré leur  adversité et les enjeux d’une qualification pour les quarts de finales, les joueurs guinéens et maliens ont donné une leçon de fair-play et  de solidarité à tous les fans de foot africain.

Depuis mercredi  soir,  guinéens et maliens ont voyagé ensemble pour Malabo  où  devrait se dérouler jeudi,  le tirage au sort fatidique pour les départager. Les joueurs du syli de Guinée et les « aigles » du Mali ont partagé la même angoisse dans un hôtel de la capitale équato-guinéenne en attendant le verdict du tirage au sort.

Dans cette attente interminable,  certains joueurs  du syli comme Kevin Constant, Ibrahima Sory Traoré, Moustapha Yatabaré du Mali, ont joué aux cartes dans une ambiance bon enfant. Comme pour dire que les règles ubuesques de la CAF ne suffiront pas tuer les artistes des terrains de foot.

Après le verdict de tirage au sort qui était favorable à la Guinée, la déception des maliens était à la hauteur de l’humilité des guinéens. Au final, il n’y a eu ni vainqueur, ni vaincu dans ce duel sportif entre deux grandes nations de football, unies par l’Histoire et la géographie.

Seule fausse note, c'est le ridicule de cette règle du tirage au sort instaurée par la confédération africaine de football (CAF). Une preuve de la nécessité d'un toilettage des règles sportives en Afrique pour que le football reste un plaisir pour les millions de supporters qui suivent cette CAN.

Aux guinéens dont le pays est toujours victime du terrible virus ébola, cette CAN est une bouffée d'oxygène pour continuer de rêver et oublier les douleurs du  quotidien. A nos frères maliens, rien est perdu, car le Mali a marqué cette CAN par la bravoure et le patriotisme de ses joueurs.

Ibrahima Traoré, le capitaine de Syli de Guinée résume cette belle leçon de vie,  quelques heures avant le tirage au sort en ces termes: « Dans le football, il y a très peu de place pour le hasard (...). C’est bizarre d’aller se coucher sans savoir si on est qualifié ou éliminé, en sachant que l’on a fait de bonnes performances et que l’on a notre place, tout comme le Mali.(...) Si on passe, je penserais d’abord aux Maliens car ils n’ont pas mérité ça. Et ils penseront certainement à nous dans le cas contraire », dit-il au  micro de nos confrères de RFI.

Une belle leçon de vie à tous les fans de foot. Bravo au  Syli de Guinée et félicitations à la vaillante équipe du Mali !

Amadou Diallo

Pour Africaguinee.com

damadou13@yahoo.fr

Créé le Jeudi 29 janvier 2015 à 21:57

Facebook icon
Twitter icon
Google icon