Décès du ministreTidiane Cissé : Tierno Monenembo entre indignation et colère contre le Gouvernement (exclusif)

Culture
Tierno Monenembo
Tierno Monenembo

CONAKRY-La disparition du ministre guinéen de la culture et du patrimoine historique, Ahmed Tidiane Cissé,  suscite des réactions dans le monde culturel en Guinée. C’est le cas du célèbre écrivain guinéen, Tierno Monenembo, qui dit avoir ‘’perdu un ami’’, mais fustige l’attitude du gouvernement guinéen, face au traitement qu’il accorde aux hommes de culture, a appris Africaguinee.com.

Dans un entretien exclusif accordé à notre rédaction, l’auteur de  « L’aîné des Orphelins », a déclaré que la mort de Dr Ahmed Tidaine Cissé ‘’est une perte personnelle’’, pour lui. Puisque, se rappelle-t-il, c’est un grand ami avec lequel il a tissé ‘’d’excellentes relations en France’’.  

Thierno Monenembo s’est aussi souvenu du talent et des qualités du disparu. ‘’C’était un excellent poète, sans doute le meilleur en Guinée. C’est un homme qui a d’excellentes qualités humaines pour lequel j’ai une grande administration’’, a déclaré le récipiendaire du  Grand prix d’Afrique noire pour son roman ‘’Les Ecailles du Ciel’’.

Pour l’écrivain,  si la culture a été marginalisée en Guinée, il y  a une explication. Selon, lui, c’est parce que la  culture est ‘’dangereuse’’ pour les ‘’despotes et les ‘’fanatiques’’.

‘’Je pense que la culture en Guinée a toujours été marginale. C’est normal. Parce que tout les régimes despotiques ne veulent plus de la culture. Hitler disait « quand j’entends le mot culture, je sors mon revolver ». La culture est dangereuse pour les despotes et pour les fanatiques. Regardez ce qui s’est passé en France, on n’a pas tué des militaires, on a tué des journalistes. Des journalistes intellectuels, engagés, très humanistes, plein d’humour. Donc l’homme de culture est dangereux pour les despotes et pour les fanatiques’’, détaille Tierno Monenembo.

"Depuis l’indépendance, c’est le même système qui est là (en Guinée), de Sékou Touré à Alpha Condé, c’est la même physiologie, la Guinée a toujours marginalisé la culture", laisse entendre l’auteur du « Roi du Kahel ».

A la  question de savoir s’il ‘’est déçu’’ des autorités politiques du pays, l’écrivain dit n’avoir pas été « déçu », parce qu’il ne s’attendait pas à grand-chose suite à  la nomination de Dr Tidaine Cissé à la tête du département de la  culture.

‘’Je ne suis pas déçu ! C’est exactement ça que je prévoyais. Je savais que ce sont des gens qui auraient été marginalisés. Ahmed Tidiane Cissé n’est pas un homme de mains, c’est un homme de culture. Je savais qu’il allait être marginalisé’’, révèle-t-il.

Et, ‘’sa mort n’a pas suscité de réactions solennelles de la part du gouvernement guinéen’’, a déploré l’écrivain. ‘’Je n’ai rien entendu. Je n’ai pas encore vu un communiqué (du gouvernement) annonçant sa mort’’. Pourtant, Ahmed Tidiane Cissé n’est pas seulement un ministre, c’est un poète, sans doute le meilleur en Guinée, fait observer M. Monenembo.

 "Après Williams Sassine, Souleymane Koly, Ahmed Tidiane Cissé, c’est la  culture guinéenne qui est en train de disparaître", craint Tierno Monenembo.

 

Diallo Boubacar 1

Pour Africaguinee.com

Tel: (00224) 655 31 11 12 

Créé le Mardi 13 janvier 2015 à 10:42