Le Général Sékouba Konaté sur les massacres du 28 septembre 2009 : “ Dadis n’est pas seul…“

Politique

CONAKRY- Il était exactement 14h30mn (GMT) lorsque l’ancien président de la transition guinéenne, le Général Sékouba Konaté a joint la rédaction d’Africaguinee.com.

Pendant plusieurs minutes, l’actuel haut représentant de l’Union Africaine chargé de l’opérationnalisation de la force africaine en attente a tenté d’expliquer les raisons de sa décision de saisir la Cour Pénale Internationale à travers une lettre concernant les massacres du 28 septembre 2009. Selon l’ancien homme fort de Conakry, il est “grand temps“ que la vérité soit dite et connue par tous.

“ Vous savez le guinéen est habitué à la démagogie, au mensonge. Ils sont là-bas à raconter du n’importe quoi. Il faut que les gens aient le courage de dire la vérité. C’est très important !“ a entamé le Général Sékouba Konaté.

L’ancien chef de la transition guinéenne affirme avoir déposé une liste de plusieurs personnes au bureau du procureur de la Cour Pénale Internationale, Fatou Bensouda.

Quels sont les noms qui ont été cités dans cette affaire ? Des proches de l’actuel président Alpha Condé font t-ils parti ?

A toutes ces questions, celui dont les frères d’arme appellent “El Tigre“ n’a donné aucune réponse.

Cependant, le Général Sékouba Konaté soutient que les massacres du 28 septembre 2009 ne sauraient être imputés à la seule responsabilité de son prédécesseur à la tête de la nation guinéenne, le Capitaine Moussa Dadis Camara.

“  Moi je dis que c’est une responsabilité collective. On ne peut pas dire que c’est Dadis (ancien chef de la junte guinéenne, Ndlr) lui seul qui est responsable. Et les autres ? Pourquoi ils n’ont pas cherché à empêcher que des hommes soient envoyés au stade pour massacrer les populations civiles ?“ s’interroge t-il.

Et de poursuivre : “ Ils sont là, ils se connaissent mais ils refusent de dire la vérité. Nous devons dire la vérité pour que de telles choses ne se répètent plus en Guinée“ soutient l’ancien numéro 3 du Conseil National pour la Démocratie et le Développement.

Réagissant aux propos du ministre guinéen chargé de la justice qui s’est dit “surpris“ de cette décision du Général Sékouba Konaté de saisir directement la CPI, le chargé de l’opérationnalisation de la force en attente au niveau de l’Union Africaine regrette que les juridictions de son pays ne fassent pas grand-chose pour la manifestation rapide de la vérité dans cette affaire.

“ Qu’est que la justice guinéenne durant toutes ces années ? Je pense qu’on doit oser dire la vérité“.

A la question de savoir quelle a été la réaction du procureur de la CPI après réception de la liste des personnes qui seraient impliquées dans les massacres du 28 septembre 2009, le Général Sékouba Konaté soutient que le bureau de Mme Fatou Bensouda a promis de tout mettre en œuvre pour que ces violences ne restent pas impunies.

C’était en 2009, lorsque des populations civiles se sont donné rendez-vous au stade du 28 septembre pour exprimer leur opposition face à la volonté exprimée par le chef de la junte d’alors, le Capitaine Moussa Dadis Camara de se présenter à l’occasion de la prochaine élection présidentielle. Le bilan des violences qui s’en étaient suivies était lourd. Plus de 150 civils tués, des femmes violées, des centaines de blessés et des dégâts matériels importants.

 

SOUARE Mamadou Hassimiou

Pour Africaguinee.com

Tél. : (+224) 655 31 11 11

Créé le Lundi 23 juin 2014 à 1:27