Bras de fer entre gouvernement et syndicats : Des citoyens s’expriment !

Société

CONAKRY- Un bras de fer semble désormais s’engager entre le gouvernement et les syndicats après “l’échec“ des négociations ce lundi 6 mai 2014 à la primature. Notre reporter a promené son micro pour recueillir les avis de certains citoyens sur cette menace de grève des syndicats à partir du 13 mai prochain…

 

Pappus : « Pour moi la grève n’est pas une bonne chose. Les grèves sont fréquentes  ici. Ce n’est pas la grève qui peut résoudre les choses. Il serait important que tous les acteurs se retrouvent autour d’une table afin de  trouver la solution à nos problèmes. Ce n’est pas un problème externe donc nous devons régler ça autour de la table. Nous savons que la plupart des gens ici vivent du jour au jour. Certains, tant qu’ils ne sortent pas ils ne pourront pas subvenir aux besoins de leurs familles.

Plusieurs investisseurs sont aujourd’hui rentrés chez eux à cause de nos grèves. Depuis  2003, on a tellement fait de grèves qui n’ont abouti à rien. Ces syndicats sont là pour défendre leurs causes personnelles. Une fois avoir reçu leur pot-de-vin ils se taisent. Nous sommes plus maintenant aux temps du CNDD (Conseil National pour la Démocratie et le Développement, ancienne junte au pouvoir, Ndlr). Nous sommes dans la Démocratie. Donc ce n’est pas la rue qui peut résoudre les problèmes des guinéens, ça se règle autour de la table. »

Moustapha Konaté : « Il est autorisé dans chaque pays où les travailleurs constatent un mauvais fonctionnement de  la part du gouvernement, d’aller en grève. Et tout le monde est unanime de cela. Quand on essaye de comprendre la situation du quotidien du guinéen par rapport aux autres pays, nous pouvons dire que les fonctionnaires Guinéens ont une condition de vie très misérable. Donc pour cela,  je suis d’accord pour cette grève. Les syndicalistes ont belle et bien raison de déclencher cette grève vue la situation actuelle des fonctionnaires. »   

 

Aminata Cissé : « Les grèves qui se sont succédées dans notre pays, moi je ne souhaite plus que cela se répète. Donc le gouvernement n’a qu’à regarder comment trouver un terrain d’entente avec les syndicats pour trouver solution à ce problème. Les grèves à répétition dans un pays ce n’est pas bon. La grève n’est pas  la solution pour un pays. ca met le pays en retard. C’est un grand retard pour le pays; avec les grèves, il y aura des personnes blessées, des morts et d’autres vont perdre leurs magasins. »

Mohamed Nesta Sylla «  Moi suis un ancien travailleur de Fria.  Je trouve  que cette grève est une bonne chose. Si le syndicat déclenche la grève c’est à notre avantage. Peut-être que cela pourrait amener le gouvernement à penser à nous. Cela fait deux ans qu’on ne travaille pas, nous souffrons beaucoup. Déclencher la grève ne veut pas dire qu’on a d’autres mauvaises idées en tête, mais c’est une manière d’aider les travailleurs. »

 

Mariam Souaré : « Les syndicats savent déjà ce dont les travailleurs sont confrontés. Ils sont là pour défendre la cause des travailleurs. S’ils ne trouvent pas de terrain d’entente avec  le gouvernement, je pense qu’aller en grève serra  la meilleure solution. »

Ibrahima Diallo : « La grève n’est pas mauvaise en soi. Quand  on est ans une certaine aisance,  on ne connait pas la souffrance des citoyens. Le Guinéen mène  actuellement une vie très précaire. Un cadre à la fonction publique  prend 500 mille francs guinéens (L’équivalent d’un peu moins de 60 Euros, Ndlr). Imaginez par rapport au prix du loyer et autres. C’est grâce à ces grèves qu’aujourd’hui certains ont commencé à prendre 1millions cent mille ou un million deux cent mille francs guinéens à la fin du mois. Même aujourd’hui ce montant ne suffit pas parce que les choses ne font que se durcir au niveau des marchés. Donc le gouvernement n’a qu’à revoir sa façon de faire. Vraiment je ne vois pas le lendemain heureux pour les Guinéens. S’il faut descendre dans la rue pour demander quoi que ce soit ce n’est pas normal. ».

Propos recueillis Fatoumata Keïta

Pour Africaguinee.com

(+224) 655 31 11 15

Créé le Mardi 06 mai 2014 à 11:50