Opposition: les "nambaras" de Cellou, Sidya et Lansana Kouyaté

Facebook icon Twitter icon
Présidentielle 2015

Ah la Guinée!!! Ces derniers temps, Kôrô Alpha le « Mansa » de toute la Guinée est ravi. Depuis son palais, il observe avec appétit les « nambaras »  (soucis) qui touchent ses principaux opposants :  Kôtô Dalein de l’UFDG,  Sidya « Courant » de l’UFR et Lansana Kouyaté le « kouma tigui » (Maître de la parole) du PEDN ont tous des problèmes à régler dans leurs partis respectifs. Comme par hasard, Kôtô Dalein, Sidya et Kouyaté sont tous de sérieux prétendants au Kibanyi présidentiel. Pourtant, leurs chances s’amenuisent à un an de la présidentielle de 2015. Voyons de plus près…

Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG) : Duel fratricide au Foutah…

C’est difficile à admettre pour les plus fidèles de ce parti de l’opposition, mais le bras de fer qui oppose Kôtô Dalein son vice-président Bah Oury  a  atteint le point de non-retour. Malgré la suspension de Bah Oury par son parti, une course contre la montre est engagée et le parti va certainement laisser des plumes. De ce duel, deux réalités se cachent derrière les rideaux....

Primo,  après l’échec de Kôtô Dalein à la présidentielle de 2010,  Bah Oury veut désormais  tenter sa chance pour la présidentielle de 2015. Malgré sa condamnation par contumace par la justice guinéenne (dans l’affaire de l’attaque du 19 juillet 2011 contre le domicile de Kôrô Alpha),  tout affaiblissement de l’autorité de Dalein à l’UFDG va lui permettre de regrouper ses fidèles autour de ses « idées » pour récupérer « son » parti dont il se réclame le fondateur. Kôtô Dalein devenu un « obstacle » pour son ascension politique, Bah Oury s’active à mobiliser ses forces à l’intérieur du parti avant de se positionner face à Kôrô Alpha. L’incendie qu’il a volontairement allumé en France avec un bureau fédéral contesté, risque de faire boule de neige dans toutes les fédérations de l’UFDG où la suspicion est de mise entre Pro-Dalein et Pro-Bah Oury.D'ailleurs, samedi dernier c'est la police française qui a séparé des protagonistes de l'UFDG dans une salle à Paris! Pendant ce temps, Kôrô Alpha jubile…

Secundo, c’est un conflit de génération qui souffle désormais entre Kôtô Dalein  (largement soutenu par les notables du Foutah) et Bah Oury dont les idées ont fini par convaincre beaucoup de jeunes intellectuels notamment de la diaspora. Ces derniers sont convaincus des échecs successifs d’un parti pourtant doté de plusieurs atouts ; mais qui peine à briser les chaînes d’une tradition gérontocratique incompatible avec le combat politique. Kôtô Dalein qui sait que 2015 est sa dernière chance pour aller à Sékhoutouréyah, joue la carte de la diplomatie (avec l’aide des notables du Foutah) pour éviter une fracture de son électorat. Mais la médiation des « barbes blanches » du Foutah ne suffira pas, car dans le marigot de l’UFDG il n’y a pas de place pour deux « crocodiles ».Entre Kôtô Dalein et Bah Oury, l’un doit chasser l’autre et tan pis pour les conséquences ! Pendant ce temps, Kôrô Alpha jubile…

Union des forces républicaines (UFR) et Parti de l’espoir pour le développement national (PEDN): Des cadres qui  se rebellent…

Hélas c’est une triste réalité,  nos partis politiques sont faibles devant leurs représentants au sein des institutions ! Les raisons ? Eh bien dans la mentalité collective, nos partis politiques ne sont que des « étapes » pour accéder à une mangeoire publique. Une fois « élus » ou nommés au gouvernement ou désignés dans une institution, nos faux politiciens « oublient » volontairement leurs engagements envers leurs partis et se mettent à brouter dans la mangeoire publique. L’UFR et le PEDN n’ont pas échappé à cette règle de l’opportunisme chronique  des   cadres des partis politiques.

Primo, chez l’UFR de Sidya « courant » c’est un de ses représentants à la commission électorale nationale indépendante (CENI)  qui a été mis à  la porte. L’UFR reproche à Telli Touré d’avoir « violé son serment de veiller au bon fonctionnement de la CENI ». Telli Touré, en guise de représailles a tout simplement demandé à l’UFR de « vider les lieux » du bâtiment qu’il occupe à Kaloum et qui appartient à sa famille. Du côté de la CENI où son fauteuil juteux lui rapporte des millions, inutile de dire que la sanction de l’UFR n’égratigne même pas le sieur Telli Touré. Pendant ce temps, Kôrô Alpha jubile…

Secundo, le PEDN de Lansana Kouyaté a dû  également se retrousser les manches. Mamady Traoré (mari de Mme Zalikatou Diallo, ex secrétaire nationale du PEDN) et  Bangaly Camara qui occupaient respectivement les fonctions de  secrétaire aux relations extérieures et de secrétaire politique au bureau exécutif national, ont claqué la porte avec violence ! S’ils dénoncent plusieurs « maux » qui gangrènent le PEDN, Mamady Traoré et Bangaly Camara n’ont pas oublié d’exprimer leur « solidarité » à Zalikatou Diallo qui a préféré siéger au parlement contre l’avis du PEDN. Evidemment, difficile de résister aux sirènes des millions de francs guinéens promis à chacun de nos (dés) honorables députés. Et pour ne rien arranger les choses, le siège du PEDN a également « sauté » vu qu’il appartenait à M. Traoré !!! Pendant ce temps, Kôrô Alpha jubile…

En définitive,  nos opposants-opposés ont du pain sur la planche ! Pour Kôtô Dalein, il faudra « tuer ou se faire tuer » politiquement face à Bah Oury avant de prétendre au Kibanyi présidentiel. Pour Sidya « courant » et Lansana le Koumatigui du Pedn,  il faudra éviter le naufrage et calmer les appétits internes avant le rendez-vous de 2015.  Ces trois anciens premier ministres de Lansana Conté vont tous jouer leur dernière carte en 2015 et une victoire de Kôrô Alpha va sceller définitivement leur sort. Peut-être qu’une porte de sortie est possible : il faudra que l’UFDG, l’UFR et le PEDN  acceptent de présenter un candidat « unique » pour défier le « mansa » de Sékhoutouréyah. Une utopie peut-être, mais à titre individuel,  ils n’auront aucune chance devant la machine très huilée de Kôrô Alpha pour gagner en 2015. Encore faut-il convaincre les guinéens que nos opposants-opposés se battent pour leur cause. Et dans cette pagaille, l’exemple de nos députés qui se distribuent amicalement des millions de francs guinéens sur le dos des pauvres populations, ne prédit rien de bon. Mais ceci est une autre histoire. A la semaine prochaine !   

Amadou Diallo

Pour Africaguinee.com

damadou13@yahoo.fr

Créé le Mardi 22 avril 2014 à 11:42

Facebook icon
Twitter icon
Google icon