Ebola en Guinée : 63 décès sur 88 cas détectés, un cas suspect identifié à Kankan

Facebook icon Twitter icon
Virus Ebola en Guinée

CONAKRY-Si jusque là la fièvre Ebola hautement contagieuse et mortelle, était circonscrite dans la zone forestière, épicentre de l’épidémie (Macenta, Guéckedou, Kissidougou), un cas suspect vient d’être identifié à Kankan, préfecture située en Haute Guinée, a appris Africaguinee.com.

Interrogé ce mercredi par notre reporter,  le chef de la division et prévention au ministère de la Santé et de l’hygiène Publique, Dr Sakoba Keita a révélé qu’un cas suspect a été détecté dans la préfecture de Kankan. Il s’agit d’un citoyen qui développait des symptômes hémorragiques qui a été reçu par les services sanitaire hier mardi et qui en est décédé. Pour le moment, explique-t-il,  les investigations sont en cours. ‘’Nous allons prendre des dispositions pour l’examen rapide pour savoir, s’il s’agit de la fièvre hémorragique ou non. Pour le moment il s’agit des symptômes et des saignements digestifs avec diarrhée’’, a précisé Dr Sakoba Keita.

A Guéckedou 61 cas ont été détectés dont 45 décès, tandis qu’à Macenta 19 cas sont recensés dont 12 décès et  Kissidougou 7 cas identifiés dont 5 décès, révèle Docteur Sakoba Keita.  

Par ailleurs à Conakry, les 3 cas suspects qui avaient été signalés et qui ont fait deux (2) décès, sont avérés négatifs, après un test effectué à l’Institut Pasteur du Sénégal. Toutefois,  la nature du virus qui a tué ces deux personnes n’est pas encore connue.

Le virus mortel a déjà  franchi les frontières sud de la Guinée. Au Libéria six cas suspects dont cinq mortels ont été détectés tandis qu’en Sierra Léone, deux cas suspects sont signalés. Des pays frontaliers de la Guinée comme le Mali, la Côte d’Ivoire et le  Sénégal sont en état  d’alerte.

Le type de virus détecté en Guinée est le virus Ebola de type Zaïre. Il se transmet par contact direct avec le sang, les liquides biologiques ou les tissus des sujets infectés mais aussi par le contact avec des animaux infectés.

Certaines espèces de chauves-souris trouvées en Afrique occidentale et centrale sont considérées comme le réservoir naturel du virus Ebola, bien qu'elles n’en présentent pas les symptômes. Pour éviter toute contamination du virus, la Guinée a interdit la vente et la consommation de la viande des chauves souris.  

Ebola est l’un des virus les plus dangereux pour l’homme. Selon les épidémies, de 25% à 90% des personnes infectées ont succombé à cette fièvre hémorragique. Il n’existe ni médicament spécifique ni vaccin à ce jour.

Depuis son déclenchement, le gouvernement guinéen travaille en symbiose avec ses partenaires pour contrer l’épidémie uniquement dans les zones affectées. Pour ce faire le Comité National de Crise et les partenaires Internationaux, Médecin Sans Frontière (MSF), l’organisation mondiale de la Santé (OMS) et le fond des nations unies pour l’enfance (UNICEF) se réunissent tous les jours pour faire un état des lieux sur la situation. Une batterie de mesures préventives a été mise en place pour la riposte.  Il y a entre autres  mesures, prises par les autorités sanitaires, figurent : ‘’le traitement gratuit de tous les malades dans les centres d’isolement; la sensibilisation des populations sur les mesures d’hygiène individuelle et collective à observer ; le recensement de toutes les personnes ayant eu des contacts directs avec les malades décédés et ceux présentant des signes de fièvre, de diarrhée, de vomissement, de fatigue prononcée, de saignement’’.

Nous y reviendrons.

Diallo Boubacar 1

Pour Africaguinee.com

Tel : (00224) 664 935 132

Créé le Mercredi 26 mars 2014 à 12:42

Facebook icon
Twitter icon
Google icon

Nous vous proposons aussi