Société : Un véritable bras de fer entre le ministre Ibrahima Kourouma et les enseignants vacataires

 

CONAKRY- Un bras de fer semble être engagé entre le ministre guinéen chargé de l’enseignement pré-universitaire et de l’éducation civique, Dr Ibrahima Kourouma, et les enseignants vacataires qui avaient manifesté leur “colère“ devant les locaux dudit département, a constaté africaguinee.com.
 
Face à l’exigence de ces enseignants qui sollicitent leur prise en charge à la fonction publique, le ministre Ibrahima Kourouma, est resté ferme : “ Ces enseignants vacataires veulent qu’ils soient fonctionnaires, qu’on les paye les salaires de ces quatre dernières années, et en plus, ils ne veulent pas être déployés. Ils veulent tous rester dans leur école d’origine“ a déclaré le chef du département de l’enseignement pré-universitaire et de l’éducation civique.
 
Selon lui, cette situation de crise sera résolue, mais, prévient t-il, “les enseignants vacataires seront déployés partout où besoin se fera sentir“. A en croire à Dr Ibrahima Kourouma, déjà 15 enseignants ont été affectés dans une école de la place.
 
Poursuivant son intervention, le ministre Ibrahima Kourouma a déploré le fait que certains utilisent l’enseignement pour espérer être directement pris en charge à la fonction publique : “L’enseignement pré-universitaire était devenu une porte d’entrée à la fonction publique, c'est-à-dire quand on sort de l’ENI (Ecole Nationale des Instituteurs, Ndlr) ou de l’ISSEG, on est directement fonctionnaire pour avoir donné cours dans une école. Tout le monde, parfois même ceux là qui n’ont pas fait l’ENI  passaient par des voies, illégales pour se retrouver au niveau de mon département pour être pris comme fonctionnaire“ a-t-il déploré.
 
Selon lui, aujourd’hui, un toilettage est entrain d’être mené à ce niveau pour permettre de décanter les enseignants qui sont en situation de classe et ceux qui ne le sont pas.
 
Aux dernières nouvelles, des démarches seraient en ce moment entreprises auprès du ministère délégué au budget pour la prise en charge effective de certains enseignants en situation normale.
 
  Ahmed Tounkara
   Pour Africaguinee.com
 
Créé le Mardi 05 novembre 2013 à 12:26